Thursday, February 9, 2012

Friendly 1978 Italia France


8 Febuary 1978
Napoli,
Stadio San Paulo  
Attendance 66156

Referee M. Martinez


Quand survient le tirage au sort des groupes de la Coupe du Monde, il y a longtemps déjà qu'un match Italie-France a été conclu par les deux fédérations pour le 8 février, à Naples. Mais une fois connus l'ordonnancement de l'événement, et le fait que tricolores et azzurri devront se retrouver le 2 juin à Mar del Plata, pour leur premier match du Mundial, la mer des furieux bat le rempart des innocents : « France-Italie en amical, titre France-Soir, un suicide ! » Et le quotidien parisien du soir d'expliquer que nos vaillants piou-pious courent un double danger physique et psychologique. S'ils nous cassaient Platini, les Italiens, pour nous handicaper avant l'Argentine ?

« Franchement, je ne vois pas où sont les risques, fait remarquer Hidalgo. Nous n'avons pas le droit de faire de procès d'intention aux Italiens. Nous ne devons pas être des calculateurs. Si on ne laisse pas au sport la possibilité de s'exprimer, autant raccrocher tout de suite. » Le tirage au sort de Buenos-Aires, scellé le 14 janvier à Buenos-Aires par de vieux messieurs intrigants, a fait couler, à chaud, de sévères commentaires, dont le plus nuancé émanait de France-Football, sous la plume de son envoyé spécial Jacques Ferran : « Sur la manière dont fut préparé, certains diront même trafiqué le tirage au sort, il y aurait naturellement beaucoup à dire. Nous n'avons pas aimé que la commission d'organisation de la Coupe du monde, considérant plus l'intérêt économique de la compétition argentine que sa pureté sportive, aille aussi loin dans la composition des groupes. Lorsque des hommes, réunis autour d'une table, commencent à mettre la main là où seul le dieu hasard devrait intervenir, il y a lieu de tout craindre, de tout soupçonner.

« Pourquoi, par exemple, l'Allemagne fédérale a-t-elle réussi à avoir dans son groupe non seulement le Mexique, mais encore une des quatre équipes considérées comme les moins fortes, en l'occurrence la Tunisie ? On ne peut pas s'empêcher de rapprocher ce fait de la présence et de l'efficacité, à la tête de l'organisation, du président de la fédération ouest-allemande, le redoutable Hermann Neuberger. « Pourquoi encore a-t-on, à la suite d'un vote, préféré placer parmi les quatre pays faibles la France par rapport à l'Espagne alors que les deux pays sont absents de l'épreuve mondiale depuis la même année, 1966 ? Parce que, de toute évidence, les Espagnols sont en Argentine mieux « reçus » que les Français et parce que, organisant le prochain « Mundial », ils exercent, sur les dirigeants du football, une influence supérieure à la nôtre. Pourquoi encore a-t-on, à la suite d'un vote, préféré l'Ecosse à la Suède pour le « chapeau » numéro deux, alors qu'en 1974, les Scandinaves réalisèrent une meilleure performance que les Britanniques ? Parce que la Grande-Bretagne continue de peser fortement sur les destinées du football mondial et que, en l'absence de l'Angleterre, il était tentant de « faire une fleur» aux Ecossais. « Ce qui nous désole, en fin de compte, ce n'est pas que les groupes soient tels qu'ils sont, c'est que, pour parvenir à ce résultat, tant de calculs, de pressions de combinaisons aient été nécessaires. On dirait que les dirigeants du fooball, au lieu de laisser jouer les footballeurs, prétendent jouer eux-mêmes et se donner ainsi de l'importance. Ils n'ont pas compris que ce qui fait fondamentalement la grandeur et le rayonnement universel d'une compétition comme la Coupe du monde, ce qui la rend compréhensible et « crédible», c'est que tous ses participants s'y présentent sur le même rang. Etait-il utile de porter à ce point la main sur la Coupe du monde avant qu'elle ne commence et de faire tant de différences entre ses compétiteurs?». On ne peut pas mieux dire ce que tout le monde pensait au soir du 14 janvier 1978 en apprenant que France, Italie, Argentine et Hongrie s'affronteraient dans le groupe I ; R.F.A., Pologne, Mexique,Tunisie dans le Groupe II ; Espagne, Autriche, Suède, Brésil dans le groupe III ; Hollande, Ecosse, Pérou, Iran dans le groupe IV.

« Le groupe maudit » tirait un grand journal de Buenos-Aires sans savoir encore qu'en fait de malédiction, le groupe I allait donner un champion du monde du cru, programmé sur ordinateur. Après une hésitation du sélectionneur Bearzot — « est-il souhaitable de révéler notre style, nos forces et nos faiblesses à un futur adversaire » — Italiens et Français se retrouvent le 8 février 1978 par l'une de ces belles journées d'hiver qui ensoleillent la baie de Naples. Michel Hidalgo, toujours à la recherche d'une formule offensive plus satisfaisante, a retenu deux ailiers non-titulaires : Dalger à droite, dont il persiste à penser qu'il a un style plus collectif que celui de Rocheteau ; Rouyer à gauche, parce que sa manière vive et virevoltante doit gêner la défense adverse. Au bout de 22 minutes, la squadra azzurra mène 2-0 sur un penalty généreusement accordé par l'arbitre espagnol Martinez pour une intervention de Trésor sur Tardelli (12e), et sur un magnifique coup de tête de Graziani, consécutif à un centre de Claudio Sala. En seconde mi-temps, le visage de l'équipe de France, très maussade auparavant, change du tout au tout. L'entrée d'Henri Michel (49e sélection) à la place de Guillou, le remplacement de Rouyer (blessé au genou) par l'Alsacien Gemmrich coïncident avec une extraordinaire flambée. Marius Trésor, qui fait une impression colossale aux Italiens — « le meilleur libero d'Europe », vont-ils dire — déclenche une puissante contre-attaque à la 50e minute, prolongée par un corner de Gemmrich et une tête victorieuse de Bathenay.

Alors, arrive Platini qui, avec sa bonne bouille enfantine, a conquis les Napolitains avant le coup d'envoi mais les a bien déçus depuis le début de la rencontre. Tar-delli, jusque-là, l'a «rayé de la carte». Coup franc à vingt mètres à la 63e minute : Dino Zoff dispose son mur tandis que l'arbitre fait reculer les récalcitrants, Platini marque dans la lucarne droite d'une balle admirablement travaillée. « Bellissimo » disent les commentateurs. « A refaire » dit l'arbitre, qui refuse le but. Coup franc à vingt mètres à la 81e minute. Dino Zoff change ses dispositions, Platini marque dans le coin gauche d'une balle qui a contourné le mur, 2-2 au tableau d'affichage. « Arriva Platinix », « l'Asso transal-pino », « ragazzo-miracolo », « bimbo d'oro » titre la presse italienne enthousiasmée. « Viens vite chez nous » crient les supporters napolains. En deux coups de pied magiques, Platini a sauvé la France, émerveillé l'Italie et donné au futur Italie-France de Mar del Plata un caractère passionné et merveilleux. « Ce match nul est pour nous une belle victoire sur la suspicion, déclare Hidalgo. Nous savons que la squadra azzurra n'est plus un bastion imprenable. Elle n'est ni plus ni moins difficile qu'une bonne dizaine d'équipes européennes. » Maintenant qu'on sait tout, vous et moi, de ce qui va se passer à Mar del Plata, interrogeons-nous : « Fallait-il s'habiller en napolitain ? »

Italia: Zoff. Gentile, Belluggi,.Scirea, Maldera, Benetti, Tardelli, Antognoni, C. Sala, Graziani, Bettega.
France : Rey, Janvion, Rio, Trésor, Bossis,    Bathenay,   Guillou,   Platini, Dalger, Lacombe, Rouyer.
Remplacements :  Bettega par Pulici (53e) et Antognoni par P. Sala (73e) chez  les  Italiens.   Du côté français, emmrich a pris la place de Rouyer (30e), Michel celle de Guillou (46e) et Lopez celle de Rio (75e).
Buts : Graziani (12e sur penalty et 22e) pour l'Italie, Bathenay (50e) et Platini (81e) pour la France.



Codec H264, 
Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 kbps
French Comments
Full Game
Pass : 

Special pass
for members only



http://www.megaupload.com/?d=9XSM2SJI

http://www.megaupload.com/?d=LMZJCP0J

Actualised links, and added new scans
  
http://rapidshare.com/files/3085316218/Frnd.1978.Ita.Fra.twb22.blogspot.com.1Hlf.rar
http://rapidshare.com/files/2727660987/Frnd.1978.Ita.Fra.twb22.blogspot.com.2Hlf.rar






Here's a "special for members only"  for the month of August as a kind of reward for members. All you have to do is sign as a member thats it. It's totally private. A password will be send to these ones. It's the same that last month (with no point at the end). If you're a new member or if you didn't keep it, email me or give your member nickname on that post. Anyway sending me an email is the best way.











Caps










4 comments:

  1. Encore merci beaucoup pour tout ce boulot !
    Juaninho

    ReplyDelete
  2. Bonjour,

    Les mots de passe que vous m'avez envoyé ne fonctionnent pas pour ce match.
    Merci de m'éclairer.
    Cordialement

    ReplyDelete
  3. Bonjour pourrais je avoir le mot de passe svp merci au passage du superbe boulot fait sur ce blog

    ReplyDelete
  4. Hello, and greetings from Finland!

    Re-upload this great friendly soccer match, example using mega.

    I appreciate it very much.

    Best regards,
    Esa

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED