Sunday, January 15, 2012

Reprise Championnat de France 2011 2012 Marseille Lille Both Legs

First and Second Leg,
August 2011 and January 2012

À l'heure où reprend le feuilleton de la Ligue1, le PSG est en tête, Nancy, Sochaux et Ajaccio sont dans la charrette, mais une demi-douzaine d'équipes rêvent encore d'Europe et de Ligue des champions, quelques-unes du titre, une autre moitié reste toujours sous la menace d'un relégation en L2, et les écarts, aussi bien en haut qu'en bas, sont suffisamment serrés pour affirmer sans risque de se tromper que rien n'est joué. Huit jours de break complet, deux semaines sans compétition et trois sans Championnat ne changent pas fondamentalement la donne. Mais une coupure comme celle-ci peut parfois suffire, néanmoins, pour briser une dynamique positive, stopper une série désastreuse et rebattre en partie les cartes. 

 Autrement dit ? Pour les vingt clubs, les plus riches comme les plus humbles, les plus ambitieux comme les plus raisonnables, il va déjà falloir remettre la machine en route, passer l'hiver et déterminer les bonnes priorités, en termes de jeu et d'objectifs, avant d'y voir plus clair... Depuis l'arrivée des Qataris, Paris est LE favori. S'il n'a pas tenu toutes ses promesses dans le jeu jusqu'ici et si son rythme s'est ralenti à l'approche de l'hiver (10 points sur 18 possibles lors des six dernières journées), il a néanmoins terminé les matches aller en tête, ce qui,  statistiquement, est plutôt encourageant (cinq des dix derniers champions d'automne ont été champions) et ce qui, dans son histoire, est bon signe . 
Avec l'arrivée de Carlo Ancelotti à Noël, il vient aussi de s'offrir un entraîneur comme il n'en a jamais connu. Quel sera maintenant l'impact du technicien italien, à quelle vitesse celui-ci fera-t-il passer son message et dans quelle mesure saura-t-il faire progresser l'équipe? Quel sera le vrai bilan du mercato d'hiver, après autant d'effets d'annonce sans lendemain, et avec quels joueurs, quel onze type et quelle organisation de jeu Paris finira-t-il la saison? Nul ne le sait. Ce que personne n'imagine une seconde, en revanche, c'est qu'Ancelotti fasse moins bien que Kombouaré avec un effectif sans doute encore meilleur. Les dizaines de Millions d'euros déversés sur le Psg ont charrié les pronostics en faveur du club de la capitale. Les buts et l'enthousiasme propagés par Montpellier ont aimanté les regards du côté de l'Hérault. La jeunesse et les sourires étalés par les Lyonnais ont regonflé le capital sympathie de l'OL, bien entamé. Et Lille, dans tout ça ? Peu aidé par une campagne européenne insipide, le LOSC s'avancerait presque masque, malgré son doublé de la saison passée et sa moitié de Championnat quasi immaculée, seulement écornée par une défaite en dix-neuf matches. Pourtant, le champion de France est bien là, placé en embuscade sur le podium. 
Peut-il marcher sur ses propres traces, empreintes de géants gravées à jamais dans les mémoires nordistes ? Les arguments sont sur la balance, à vous de peser le pour et le contre. Pour disputer ce rude marathon qu'est la Ligue 1, le LOSC actuel ne manque pas d'allure, comme son prédécesseur de la saison dernière. Son résultat nul (4-4) face à Nice, au terme d'une rencontre aussi endiablée que les dribbles d'Hazard, lui a permis, juste avant Noël, de glisser un trente-sixième point dans sa besace. Fin 2010, c'est avec seulement une unité de moins que Lille avait clôturé la première partie de Championnat, si l'on incorpore dans son bilan le succès sur Nancy (3-0,18° j.), acquis le 19 janvier 2011. Si, à cette époque-là, l'équipe nordiste totalisait trente-six buts contre trente-trois aujourd'hui, cette légère décrue sur le plan offensif est compensée par une meilleure étanchéité défensive, car elle en a encaissé deux de moins. En termes arithmétiques, donc, if y a photo entre les deux équipes, lancées à une vitesse quasi identique vers la seconde partie de saison.



Second Leg
15 January 2012
Stade Velodrome,
Marseille


 Il y a un an, l'Europa Ligue logeait encore dans le programme du club nordiste, qualifié pour les seizièmes de finale, face au PSV Eindhoven. Lors de ces deux rencontres, Rudi Garcia avait démonté le Meccano de son équipe habituelle pour faire tourner son effectif et ainsi préserver les réserves physiques de ses titulaires. Si les modifications apportées au bolide lillois avaient débuché sur une sortie de route (2-2, 3-1), elles avaient sans doute eu également pour vertu de dégager le chemin vers le doublé, en allégeant le calendrier. Celui des semaines à venir est déjà amaigri, car l'élimination du LOSC au premier tour de la Ligue des champions a fait disparaître toute compétition européenne de son paysage hivernal. Alors qu'un huitième de finale de Cl face à un rival renommé aurait pu accaparer les esprits et confisquer les priorités, le champion de France va pouvoir se consacrer entièrement à la défense de son titre, sans pour autant négliger un parcours en Coupe. En effet, concerner les remplaçants et les maintenir dans le rythme n'est pas accessoire. À Lille, l'ère Eden Hazard se refermera très probablement au printemps, avec le décollage attendu de l'international belge vers les plus hautes sphères européennes. Les dirigeants lillois ont déjà acte le départ de leur prodige et défini une mise à prix minimale de l'ordre de 30 M€, mais ils comptent sur la concurrence entre les clubs intéressés pour stimuler le montant du transfert et atteindre les 40 M€. Si ses performances en Ligue des champions n'ont sûrement pas ébaubi les cadors du continent, ses statistiques en Championnat sont la promesse d'une saison féconde, car sept buts et cinq passes décisives nourrissent son bilan à mi-parcours. S'il poursuit sur ce rythme soutenu, 2011-12 sera son exercice le plus fertile en matière d'efficacité et les Dogues pourront légitimement aspirer à garder le sceptre de champion.
Ces propos datent de huit mois, mais ils sont loin d'être périmés, à l'image des chances lilloises en Championnat «II fallait apprendre la gagne, expliquait en mai dernier le président, Michel Seydoux, après avoir arraché la Coupe de France au PSG (1-0). Il y a eu les deux saisons consécutives en Europa Ligue, mais aussi les échecs, comme cette défaite à Lorient (2-1, le 15 mai 2010), qui nous avait fait passer de la deuxième à la quatrième place lors de la dernière journée de Ligue 1. Nous en avons tiré beaucoup de leçons. Il y a eu un énorme progrès dans le domaine du mental. » Remporter un premier titre permet en effet de faire sauter les bouchons, ceux des bouteilles de Champagne comme ceux qui figurent dans les têtes. Sur le plan psychologique, un succès originel génère de la confiance, produit de la force, fabrique des certitudes. Forts de leur doublé, les Lillois connaissent désormais le goût de la victoire et savent ce qu'il faut accomplir pour tremper de nouveau leurs lèvres dans cet enivrant breuvage en mai prochain. Si Lille fonce à la même vitesse que la saison passée, sa vélocité ne l'empêche pas d'être dépassé par la concurrence. Ses trente-six points, en effet, lui offrent seulement le troisième rang à la trêve, alors qu'il accaparait la place de leader l'an dernier à la même époque. Il est vrai que le PSG, racheté entre-temps par le prince héritier du Qatar, se destine désormais, grâce à sa richesse nouvelle, à rejoindre l'aristocratie du continent. Alors, naturellement, il se rêve déjà roi de France, un sacre que ses dépenses estivales et celles annoncées en janvier lui promettent. Bien sûr, le chamboulement de son effectif n'est pas un gage d'homogénéité rapide et de prompt succès, comme l'atteste l'exemple de Manchester City- Mais, même si le Paris-SG ne parvenait pas à vite mettre en adéquation sa puissance financière et son statut sportif, Lille devra aussi se méfier des étonnants Montpelliérains ou des Lyonnais, qui demeurent de solides challengers...

Codec H264, Mkv
Bitrate 1000
Sound 128 kbps
French Comments
Pass : thewildbunch22
Full Game

First Half
http://www.megaupload.com/?d=BQIW1FAN

Second Half
http://www.megaupload.com/?d=6729417F





Caps










----------------------------


First Leg
Sunday 28 August 2011
Stade Nord Lille Metropole
Referee : Clement Turpin

C'est un sommet inhabituel, mais le public y a vile pris goût. Depuis que Lille a rejoint Marseille sur les cimes de la Ligue 1. leurs confrontations génèrent une moyenne exceptionnelle de 4,8 buts par rencontre. Encore tout frais, le dernier Trophée des champions (5-4 pour Marseille, le 27 juiIlet à Tanger, au Maroc) et son impensable finish (Lille menait 3-1 à la 72' minute) n'occulte pas les deux rendez-vous en Championnat la saison passée - le succès de l'OM dans le Nord, avec un doublé de Rémy (3-1 ) et celui de Lille au Vélodrome grâce à un but sensationnel d'Hazard (2-1), ni la victoire du LOSC sur un OM tout juste sacré champion (3-2. le 8 mai 2010) alors que les Marseillais menaient 2-1 à dix minutes de la fin. 

 « C'est vrai, il y a du jeu car les deux équipes sont orientées sur te jeu d'attaque, note le Marseillais Mathieu Valbuena. En proposant du jeu. on s'expose beaucoup. Ces scores sont étonnants car les deux défenses sont solides. » « On attaque beaucoup, c'est notre culture, là philosophie du coach, analyse de son côte Rio Mavuba, le capitaine du LOSC. Marseille ne défend pas comme les autres équipes. Cela ouvre des espaces pour les deux formations. » Plus fluide, plus agréable, plus percutant aussi, le jeu lillois faisait référence la saison passée, à la différence de celui de l'OM, puissant et efficace mais assez ennuyeux. Les Nordistes affichent toujours les mêmes intentions, mais il y a du mieux à Marseille dans l'utilisation du ballon et le jeu vers l'avant. "J'ai l'impression que l'on est un peu restés sur noue image de la saison passée, regrette Guy Stephan, l'adjoint de Deschamps. 

 En termes de maîtrise. cela n'a oourtant rien à voir. Vu de Lille, ça ne saute pas encore aux yeux. Rudi Garcia voit l'OM comme "un adversaire dangereux. qui dégage une grande puissance athlétique et est capable de marquer à n'importe quel moment". Marseille est capable d'aller très vite en contre. Nous, on a la maîtrise du ballon et on est capables de les faite déjouer», souligne Mickaël Landreau. Individuellement, chaque équipe est armée. Sur le terrain comme sur les bancs, note Mavuba. les deux formations possèdent des joueurs offensifs capables de faire des différences importantes ou des exploits individuels. Et si ce soir les gardiens prenaient leur revanche? "Je suis persuadé qu'un Lille-OM sans but ferait forcément un très beau 0-0 ", sourit Valbuena, qui n'a pas l'air de vraiment y croire : "Quand on prend un but, on se dit qu 'on peut toujours revenir. Mais c'est encore plus vrai contre Lille. C'est vrai, c'est toujours un match plaisant à jouer.". A regarder, aussi. 


Codec H264, Mkv
Bitrate 1000
Sound 128 kbps
French Comments
Pass :
thewildbunch22
Full Game






Caps  First Leg





No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED