Wednesday, August 3, 2011

Chelsea Season Review 2010 2011

 A 33 ans, André Villas-Boas, brillante révélation 2011, quitte le FC Porto pour Chelsea. On parle du futur fair-play financier concocté par l’UEFA de Platini ? Abramovitch semble ne pas s’en soucier : ses moyens considérables lui permettront a priori de toujours remettre au pot, recruter, combler les déficits, effacer les ardoises… Jusqu’au jour où il gagnera enfin cette Ligue des Champions qu’il s’est juré de remporter ? Ou bien jusqu’au jour où, las d’échouer année après année, il dira stop ? Peut-être que, comme au poker, Abramovitch « fait tapis » en abattant avec Villas-Boas sa dernière carte maîtresse, en plus des nouvelles recrues à venir (Hulk, Facao, Lukaku d’Anderlecht, Mödric de Tottenham, Sneijder, Neymar ?) Le magnat russe a déjà englouti 58 millions d’Euros pour Fernando Torrès… La pression va être terrible pour Villas-Boas, seulement coach à part entière depuis deux ans (Academica Coimbra et Porto) ! Deux tropismes typically british accompagnent son arrivée à Londres. La couleur bleu, commune à Porto et Chelsea, et comme le sang bleu aristocrate au royaume de la gentry (AVB est arrière petit-fils d’un vicomte). Autre prédestination british : « Andrew » a des origines anglaises par l’un de ses grands-parents, hyper précoce, il a été intégré à 18 ans comme adjoint technique de Porto du coach Bobby Robson qui l’a envoyé plus tard bosser à la Fédé écossaise, puis en observateur à Ipswich Town, puis sélectionneur des Îles Vierges britanniques en 2000. La finale de C1 2013 serait encore jouée à Wembley, à l’occasion du 150ème anniversaire de la Fédé anglaise : Chelsea, premier club londonien sacré à Londres ? Sir Andrew Villas-Boas décoré par la Reine ? André aura-t-il enfin tué le père (José) ?  

«André Villas-Boas, pourquoi avoir choisi Chelsea?
La décision a été très difficile à prendre. Porto sera toujours ma ville, mon club. Mais tout le monde ressent le besoin d'un changement à un moment de sa vie, et ça a été le cas pour moi, contre l'avis de ma famille, d'ailleurs. J'ai senti le besoin d'un nouveau défi. D'autres clubs m'ont fait des propositions (NDLR : l'Inter en particulier), mais je voulais revenir à Chelsea quatre ans après en être parti (ilyfctt l'assistant de José Mourinho de 2004 à 2007), auprès de gens que je connais.
Que vous a dit Roman Abramovitch au téléphone? Vous a-t-il fixé des objectifs précis?
Roman Abramovitch ne parle pas au téléphone ! (Rires.) Vous savez quelles sont les attentes dans ce club: être présent dans la lutte pour tous les titres. Le deal, c'est de gagner tout de suite. Qui s'attend à ce qu'un manager de Chelsea reste en place s'il n'atteint pas ses objectifs ? À Porto comme à Chelsea, si vous ne réussissez pas, c'est la fin de l'histoire.

Qu'en est-il de l'avenir de joueurs comme Didier Drogba, qu'on annonce sur le départ?
Je suis plus que satisfait de l'effectif actuel. Chelsea est un club qui a beaucoup gagné lors des six ou sept dernières années, il faut donc procéder avec soin. Je veux réunir tous les joueurs qui étaient là l'an passé, et je prendrai des décisions après. J'ai passé toute la semaine dernière à prendre mes repères, à me présenter aux gens, à apprendre à les connaître. Pour les transferts, il reste encore beaucoup de temps. Ce qui compte, c'est que les joueurs actuels se sentent importants. Tous seront là le 6 juillet (date de la reprise de l'entraînement). J'ai déjà parlé avec quelques-uns d'entre eux au téléphone. Ils m'ont dit que, pour eux aussi, c'était un nouveau départ, et ça, c'est bien. Je ne suis pas d'accord avec l'idée que des changements de personnel sont indispensables. Mais je le suis avec le fait que des changements mineurs peuvent être apportés ici et là. À Chelsea, la plupart des joueurs ont beaucoup gagné et ont toujours faim de succès. Je ne suis pas quelqu'un qui recherche la confrontation.

John Terry restera-t-il le capitaine des Blues?
John est une référence pour ce club. Les leaders, ça se reconnaît, et la plupart des joueurs de Chelsea reconnaissent un leader en lui. Mais si je vois d'autres leaders dans le vestiaire, ils hériteront du brassard eux aussi, de temps à autre. Quand John sera disponible, il sera capitaine. S'il est dans l'équipe.
Quid de Fernando Torres, qui a vécu six premiers mois très difficiles à Chelsea?
J'ai vécu une situation identique à Porto l'an passé avec Falcao. En présaison, il était incapable de marquer, ce qui le frustrait beaucoup. Nous avons alors reformaté l'équipe et il a fini la saison avec plus de trente buts. Ce qui est en cause, ce n'est pas le réglage d'un joueur, mais celui d'une équipe, et c'est ce qu'on va essayer de faire avec Torres. Il faut que tous les joueurs de l'équipe jouent les uns pour les autres.
Quel style de jeu voulez-vous adopter?
Il ne s'agit pas seulement de gagner. Il faut aussi le faire avec panache. Il faut également respecter ce que Carlo (Ancelotti) a accompli, et avec la manière. Ce serait stupide de ne pas intégrer ce qu'il a légué. En termes de préparation tactique, je vais m'adapter à l'environnement de combat de la Premier League; c'est une question d'équilibre. Il ne s'agit pas d'imposer ses idées de façon dictatoriale, mais de les adapter.
Cela vous ennuierait-il de travailler avec un directeur sportif, Guus Hiddïnk, par exemple?
Nous sommes engagés dans un processus de restructuration du club, et je n'ai aucun problème pour travailler avec un directeur du football ou un directeur sportif. Le plus important est de placer des gens compétents aux postes qui conviennent. Pour ce qui est du recrutement, je ne vois pas pourquoi un entraîneur n'aurait pas la responsabilité des transferts. J'aurai cette liberté. On ne m'imposera aucun joueur. Modric, Falcao sont tous des joueurs de très grande qualité-Mais nous en suivons beaucoup d'autres. On peut cibler ce qu'il y a de mieux sur le marché, c'est un avantage. Chelsea est un club où tout le monde veut jouer ».









Caps



No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED