Friday, June 17, 2011

Cup Winners Cup 1994 1995 Arsenal Real Zaragoza


Final
10 May 1995
Parc des Princes,
Paris

Attendance: 42 424
Referee: M. Ceccarini

 L'épatant Real Saragosse est venu à bout d'un Arsenal émoussé, au terme d'un match exaltant. Et couronné par un but historique (un lob extraordinaire) de Nayim à l'ultime seconde. Un triomphe mérité qui ouvre de jolies perspectives à la formation de Victor Fernandez.
 Il s'appelle Mohamed Ali Hamar. Né un matin de novembre 1966 à Ceuta, petite enclave espagnôle en territoire marocain. Et parce qu'il a vu le jour sous une bonne étoile, l'enfant au teint bistre et aux yeux de jais s'est vu donner le surnom de «Nayim», ce qui, en arabe, signifie à la fois bienheureux» et «chanceux». Il a suffi d'un lumineux coup de patte, géniale inspiration, pour qu'à l'ultime minute d'une rencontre exaltante, le milieu de terrain hispano-marocain justifie pleinement ces prémonitoires épithètes. En inscrivant, d'un lob excentré de quarante mètres, l'un des plus beaux et plus audacieux buts de l'histoire des Coupes européennes, Nayim a offert la Coupe des coupes à une séduisante formation du Real Saragosse. Ecarté du Barça par Johan Cruijff, transféré à Tottenham (l'ennemi héréditaire d'Arsenal!) par son Pygmalion Terry Venables, Saragosse l'a "récupéré" endurci par quatre années de farouches batailles livrées sur les pelouses d'Angleterre. Infatigable ratisseur, formidable pourvoyeur, râleur impénitent et théâtral, Nayim y avait glané rudesse et courage, ce qui, ajouté à son excellent bagage technique, en avait fait un joueur complet. Que Dixon, roquet de service d'Arsenal, ne s'est pas privé d'allumer pendant tout le match. Mais que lan Wright, esprit sain, n'a pas manqué de féliciter pour son exploit: un but déjà entré dans la légende. «C'est l'un des plus beaux jours de ma vie, je sus fou de joie!, récitait, radieux, te héros du jour. J'ai vu le gardien anglais avancé, j'ai tenté tetout pour le tout. Et ça a marché! Même si je reconnais avoir eu beaucoup de chance». Et son entraîneur, Victor Fernandez, d'enchaîner: «Le but de Nayim est superbe, mais celui d'Esnaider l'est également. Tout comme notre performance d'ensemble. Notre victoire est amplement méritée». 

 Vainqueur de la Coupe des coupes 1995, le Real Saragosse de Victor Fernandez Braulio, 34 ans, diplômé de philosophie et adepte du beau jeu, rejoint la mythique armada des «MagnifcoS" qui enchanta l'Espagne dans les années 60 (deux Coupes nationales et une Coupe des Villes de Foire). S'inspirant des méthodes de Cruijff, Sacchi ou Scata (zone, pressing, mobilité, jeu court, panache), y ajoutant avec bonheur sa touche personnelle (rigueur défensive, esprit de solidarité), Fernandez a su créer un groupe qui s'affiche désormais comme un prétendant sérieux au titre de champion d'Espagne, suprême honneur que n'a encore jamais connu Saragosse. Face à Arsenal, «s Aragonais ont prouvé qu'ils avaient tes moyens de teur ambJion. La défense, bien articulée autour de l'international argentin Caceres et armée par l'excellent latéral offensif Belsue, a aie sécurité et esprit d'entreprise, endiguant les assauts de Wright, Hartson ou Merson et soignant toujours la relance. L'entre-jeu a soutenu te combat physique imposé par les Anglais sans jamais se départir de sa clairvoyance, à l'image de Nayim, mais aussi du capitaine Pardeza (un ancien de la fameuse «Quinta del Butre" du Real Madrid), toujours dans les bons coups. L'attaque, enfin, a révélé à l'Europe entière le buteur argentin Juan Eduardo Esnaider. sacrée tète de lard mais redoutable puncheur.

Si, mis en difficulté par la rigueur tactique et l'engagement extrême des Anglais, Saragosse n'a pas loueurs été en mesure de développer son football, si la pression de l'enjeu lui a fait commettre une erreur d'appréciation heureusement sans conséquences (Fernandez "Après avoir ouvert la marque, nous avons trop reculé"), il n'en demeure pas moins vrai qu'à travers cette finale, une équipe d'avenir est née. Une équipe rafraîchissante et prometteuse qui a du corps et de l'esprit, de la saveur et du bouquet Et qui rappelé, sous certains aspects, le Barça que façonna Johan Cruijff à son retour en Catalogne (1988-89). Un Barça new-look qui, précisément, entama son cycle glorieux par une victoire en Coupe des coupes...

Buts: Hartson (77'J pour Arsenal;
Esnaider (68') et Naynim) pour
Saragosse.
Avertissements: Hartson  et
Merson (32') à Arsenal Higuera (7'l,
Poyet (65'), Aragon 184') et Nayim
(120')à Saragosse
ARSENAL FC: Seaman - Dixon,
Linighan,    Adams.   Winterburn
(Morrow)- - Keown .Hillier. 46'),
Schwarz, Partour. Mersor - Wright,
Hartson. Entr_ Houston.
REAL SARAGOSSE Cedrun - Belsue,
Caceres, Aguado. Solana - Poyet,
Nayim, Aragon. Panteza - Esnaider,
Higuera (Garcia Sartfuan, 67*; Geli,
114'). Entr.: Fernandez.

Codec H264, Mkv
Bitrate 1300 
Sound 128 kbps
French Comments
Pass : thewildbunch22
Full Game


First Half
http://www.megaupload.com/?d=EU2O0IPN
Second Half
http://www.megaupload.com/?d=WWEGKDA7
Extra Time
http://www.megaupload.com/?d=8C17MHOD









Caps




















No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED