Thursday, March 3, 2011

Primera Division 1993 1994 Barcelona Atletico Madrid

12 March 1994
Day 28
Camp Nou, Barcelona
Referee Anduja Oliver

 Dans la préface de son livre, "Mis futbolistes y yo", Johan Cruifff dresse va portrait flatteur de Pelé, "le plus proche de la perfection». Son livre, qui démarre par un hommage à Romario, consacre quelques pages à Maradona qu'il a longtemps considéré comme le meilleur au monde. «Mais il avait une dette envers le football qu'il n'a jamais soldée, (...) & quand je vois qu'il propose parfois de s'entraîner seul durant la semaine et de jouer chaque dimanche, je reste perplexe." Selon lui, Di Stefano était 'tout proche de Pelé» et la plus grande qualité de Beckenbauer consistait à "prendre toujours la meilleure décision pour l'équipe». Crvifff, qui vante «la sobriété de Zubixarreta», admire beaucoup van Basten qu'il souhaiterait pourtant "plus humain» et teejrctte son caractère "aigre» qui "l'a rendu un peu antipathique». Comme l'auteur, Michael Laudrup est «un amoureux fou du football» qui, malheureusement, «n'est jamais à 100 %», Koeman «un gagneur, froid, calculateur». Quant à Stoichkov, en dépit de ses qualités et de sa vitesse, «il doit prendre en compte qu'il n'a qu'une seule jambe, la gauche». Avant d'achever son ouvrage sur un tableau exhaustif de son effectif actuel, Cruijff avoue trouver Michel plus fort que Lentini et reconnaît à Zico «un pur talent, un toucher de balle magistral et un sens du but extraordinaire». Cent trente pages éhgieuses, critiques, parfois très sévères. Du Cruijff dans le texte.

 A son arrivée, Cruijff offre aussitôt à son président la coupe des coupes 1989. Puis trois titres de champion consécutifs, une place en finale de C2, perdue contre Manchester en 1991 et, le 20 mai 1992, l'auguste Coupe des champions, la vraie, celle après laquelle le Barça court en vain depuis sa création. Un but de Koeman après prolongation, en finale de la première édition de la Champions League face à la Sampdona, oubliée la douloureuse soirée sévillane qui, en 1986, vit Ducadam, le gardien du Steaua Bucarest, repousser quatre tirs au but barcelonais. L'an 1992 est celui du Barça, Après cinq titres d'affilée, l'ennemi madrilène aux 25 championnats et 16 coupes est rentré dans le rang. Affaibli par le déclin de la génération de la «Quinta del Buitre», poursuivi par sa nouvelle bête noire, le CD Tenenfe, qui par deux fois le privera sur le fil du titre de champion au profit du Barça. Odieux affront, El Mundo Deportivo révèle même que le fondateur du Real n'était rien d'autre qu'un commerçant... catalan! Les Ramblas se gaussent. Gaudi sourit. La chaudevoix de Placido Domingo lance les Jeux Olympiques, symbole de, la puissance catalane. Comme à chaque début de saison, les joueurs se rendent à la chapelle, prier la Vierge de la Grâce et la Vierge Noire, patronnes de la cité et de la Catalogne. Romario le premier, l'artiste-buteur brésilien, au coup de rein fantastique et au toucher de balle velouteux, celui qui a dribblé à l'ultime minute un Cantona que Cruijff aurait bien enrôlé. 

 Deux ans après une sérieuse alerte cardiaque, El Mister, qui proclame qu'«on n'a jamais rien fait de mieux que Di Stefano», ne cache pourtant pas son mécontentement. «Cette saison va être la plus triste. Parce que nous avons une grande équipe et un grand public qui fonctionnent seulement quand ils le veulent.» C'est vrai, le football-Champagne décliné par les «Blaugra-nas» -plus d'internationaux que de postes à pourvoir-, si magnifique soit-il, connaît de brusques sautes d'humeur. Malgré la classe individuelle des Koeman, Laudrup, Stoïtchkov, Romario, Guardiola ou Bakero, le Barça collectionne les bévues. Comme cette défaite à domicile face à Lleida, promu et lanterne rouge! Le probable sélectionneur des Pays-Bas pour la World Cup 94 sermonne ses hommes: «Si, à plus de 30 ans, les anciens ne sont pas capables de tenir un résultat, je vais faire appel aux jeunes.» Menace mise à exécution. L'indéboulonnable Zubizarreta saute le premier. Depuis 1928, le Barça a joué 1 854 matches de Liga. En a gagné 1 005, perdu 469 et a réalisé 380 nuls. Avec 3 818 buts inscrits et 2 214 encaissés, le club catalan affiche une balance largement excedentaire..
Barcelona : Zubizarreta Albert Ferrer Ronald Koeman Sergi Nadal Ivan Iglesias Bakero Guardiola Beguiristáin Romário Hristo Stoichkov
Atletico : Abel Resino Toni Muñoz Caminero López Tomás Pedro Pirri Mori Vizcaíno jaune-rouge Soler Bayona Roman Kosecki Manolo





Codec h264, Mkv
Bitrate 1300
Sound 128kbps
Spanish Comments
Formatted 16/9
Chapters
Pass : thewildbunch22


http://www.megaupload.com/?d=YVXIETZF
http://www.megaupload.com/?d=8KJZ4S7L
http://www.megaupload.com/?d=QHVJOH3I
http://www.megaupload.com/?d=HEMF90LA
http://www.megaupload.com/?d=NIWBPYF7
http://www.megaupload.com/?d=PJKDYPRB


Caps












Goals
1 : 0   Romário 12.
1 : 1     Pedro 21. pénalty
1 : 2     Manolo 35.
2 : 2     Hristo Stoichkov 40.
2 : 3     Caminero 45.
3 : 3     Romário 65.
4 : 3     Romário 74.
5 : 3     Hristo Stoichkov 80.

Links
http://www.mondedufoot.fr/spielbericht/primera-division-1993-1994-fc-barcelona-atletico-madrid/

No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED