Thursday, March 1, 2012

Uefa Cup 1977 1978 Bastia Carl Zeiss Iena Both Legs

Quarter Final, First and second leg,
March 1978

  Ce Bastia est plein de paradoxes. Quand il s'est qualifié contre Torino, il n'avait pas encore gagné un seul match de championnat de France a l'extérieur (il gagnera le premier, a Reims, en décembre). Il a été mene trois fois a la marque sur son terrain avant de vaincre. Il a joué ses trois matches-retour a l'extérieur, et les a gagnés. Il a bouleversé toutes les règles établies en marquant 8 buts a l'extérieur et 7 a domicile. Il a aligné a l'aile droite un champion finaliste de la Coupé du Monde (Rep), et a l'aile gauche un gamin qui prépare son baccalauréat (De Zerbi). Il a perdu Petrovic et gagné Weller ; perdu Félix et trouvé l'extraordinaire Krimau. Il lui manquait six titulaires a Turin mais son équipe a impressionné les Italiens par son jeu collectif et sa solidarité. Saint-Etienne ne voulait plus de Larios et Lacuesta, et les deux gaillards ont ressuscité sous le ciel bastiais. Alors, pour expliquer, on cherche, et on n'est pas loin de trouver le sorcier, lequel se défend bien sur d'en ètre un. Pierre Cahuzac a le physique de l'emploi. Une belle téle de boucanier burinée au couteau,, cuite par le soleil. Les anciens des années 50 se souviennent de lui comme d'un demi ardent au combat et humoriste a ses heures. Un jour qu'il venait d'essuyer sa chaussure sur la jambe d'Ujlaki et que celui-ci s'en plaignait, il lui avait répondu : « Tu n'as qu'à mettre des protège-tibias. » 

 Pierre Cahuzac, né a Saint-Pons, en bordure des Cévennes, est venu tard au football professionnel : a vingt-quatre ans. Mais il a joué deux fois en équipe de France, gagné la coupé avec Toulouse et, par un certain concours de circonstances, continue jusqu'à 44 ans, le temps de gagner 4 titres de champion de France amateur avec le Gazélec d'Ajaccio. Car la carrière corse de « Cahu » a commencé il y a maintenant dix-sept ans par une phrase désormais célèbre. Alors que certains joueurs ajacciens se cabraient sous l'autorité de ce « pinzuti » (fransquil-lon), Cahuzac leur avait dit droit dans les yeux : « Furia corse ou non, vous me paraissez tout juste bons a faire peur aux oiseaux. »  Aujourd'hui, cet Occitan est plus corse que les Corses. Quand il veut dire quelque chose de particulier a Papi ou a Orlanducci, il commence par leur lancer : « Sta a sente impocu » (écoute un peu). Quand les invitations pour les matches arrivent du Groupement, il les déchire en disant : « Ils n'ont qu'à payer. » Et quand il quitte le stade de Furiani, c'est pour gagner un village du mème nom, là-haut, près des aigles et du ciel, loin des remous de la ville. Cahuzac passe pour un entraìneur dur alors qu'il est seulement un partisan de la discipline. « Sans discipline, pas question de progresser, dit-il. Ajax et le Bayern, c'était d'abord la discipline. » Un partisan aussi des méthodes éprouvées : « Je donnerai toujours une grande pari a la récupé-ration. Un entraìnement par jour, dur, mais limite a deux heures, me semble suffisant. J'ai 51 ans. J'ai joué jusqu'à 44 parce que je dormais 13 a 14 heures par nuit. Etre professionnel de football, c'est se soucier autant de son effort que de son repos. » Alors, Cahuzac méne son équipage de main de maitre, ramenant les inévitables incidents a leurs proportions dérisoires et donnant a chacun le sens de ses propres responsabilités.

 Quand vient le quart de finale aller contre léna, le club est-allemand, il y a trois mois, dit-on, que Cahuzac n'a pas adressé la parole a Félix, son ex-capitaine. Il ne lui pardonne pas son accident de voiture et aussi de ne pas lui avoir téléphoné pour l'avertir le premier. Il le main-tient sur la touche au profit du jeune Krimau dont l'entente avec Rep est excellente et dont les progrès soni étonnants. Mais Johnny, suspendu par l'U.E.F.A., n'est pas sur le terrain pour accueillir Kurbju-weit et son équipe. Cahuzac a titularisé le gardien breton Hiard, transféré du Stade Rennais trois mois plus tòt, et rappelé Franceschetti qui a eu bien des malheurs jusque-là mais qui vient de faire une excellente rentrée en Coupé de France, a Strasbourg (3-0 pour Bastia). L'equipe est d'ailleurs la mème que celle déplacée en Alsace : Hiard Marchioni, Orlanducci. Guesdon, Cazes Lacuesta, Franceschetti, Papi Larios, Krimau, Mariot. Les Allemands, méfiants et parce que c'est leur habitude, s'appliquent d'entrée a exercer un marquage individue! strict sur leurs adversaires. Mais, dès la quatrième minute, un tir a bonne distance de Larios, sec comme un coup de fouet, met le Sporting sur orbite. Et a la 42e Papi porte le score a 2-0, donnant ainsi a Bastia un avantage substantiel.

 On n'a pas pourtant encore rien vu, Mariot réussissant un extraordinaire troisième but sur coup frane, du pied gauche bien sur (57e) avant que l'Allemand Raab. excellent, ne réduise la marque à 3-1. Cahuzac devine-t-il que cette avance est insuffisante ? Sent-il une baisse de regime de ses attaquants ? Toujours est-il qu'il fait rentrer en mème temps sur le terrain (68e) « Fanfan » Félix et Jean-Marie De Zerbi aux lieux et places de Krimau et Mariot. Aussitót, le match s'accélère. Deux minutes après son arrivée, Félix marque. Huit minutes après, il recidive, sa joie faisant plaisir a voir. De 3-1, la marque est passée a 5-2, Raab ayant encore sévi. Il reste dix minutes a jouer, et l'equipe allemande ne sait plus très bien où elle est. Deux nouveaux buts portent la marque a 7-1 devant les téléspectateurs enthousiastes et éberlués. Les Corses eux-mèmes, dans leurs réves les plus fous, n'imaginaient pas leur équipe si grande et si belle. «Qu'est-ce qui fait gagner Bastia?» devient la question du moment, France-Football suggérant une timide réponse: « Bastia a gardé une fraìcheur. une verve, une générosité un peu paysannes que des clubs saisis par l'industrialisation ont un peu perdues. Il a profité de la progression generale de notre football, mais sans en payer la rancon... Ajoutez la chaleur de la terre et la communion populaire, et cette rencontre spontanee et historique du football et de la personnalité corse. Il est évi-dent que Bastia est un creuset où se fondent les talents, les caractères les plus ombrageux. Nul ne saurait resister a cette épreuve... »

First Leg 
1 March 1978
Stade Furiani,
Bastia
Attendance 12000
Referee : Mr Delcourt .


Le stade Armand Cesari, à Furiani, c'est un peu Fort Alamo ; Davy Crockett, c'est Papi ; les trappeurs, ce sont les Bleus de Bastia. Et cette fois-ci, l'armée mexicaine c'était la cavalerie lourde du Carl Zeiss Iéna. Avec une grande différence dans le scénario : par cette fraîche soirée de mars, ce sont les trappeurs qui ont fait voler en éclat les assaillants adverses. Dès seize heures. les jeunes supporters de Bastia, avaient envahi les vétustes tribunes de la forteresse avec un déploiement irréel de drapeaux, s'époumonant à loisir entre deux nuages de fumée dûs à une cuisson intense de figatelli aux alentours du stade, le tout ponctué par les coups de sirène d'encouragement du conducteur de l'autorail qui déposait régulièrement de nouveaux inconditionnels des lions de Furiani aux portes du paradis.

Une volée de pétards avait accueilli le premier tour de reconnaissance du terrain des Allemands de l'Est qui regardaient d'un œil incrédule ces enceintes d'une autre époque, inquiets cependant du sort qu'avaient subi ici les : Sporting de Lisbonne, Newcastle et Torino. Les propos mesurés d'avant-match de l'entraîneur Hans Meyer étaient là pour en témoigner. Il redoutait le rajeunissement et donc l'inexpérience internationale de ce qu'il appelait son jardin d'enfants. Il aurait aussi souhaité la présence de sa vedette, Vogel, suspendu, pour calmer le jeu. Et lui qui envisageait, avant la rencontre, un possible match nul, reconnaissait, quatre vingt-dix minutes plus tard, la totale supériorité des Bleus de Bastia qui, exploit rarissime à ce stade de la compétition, avaient frappé par sept fois ses poulains. 
  
 

C'est Larios qui avait ouvert le feu d'artifice, puis Papi, Mariot, Félix par deux fois, Cazes et Franceschetti avaient, tour à tour, corsé l'addition. Seul l'avant-centre Raab était parvenu, à deux reprises, à sauter plus haut qu'Orlanducci et Hiard pour réduire un peu un score qui a très certainement retenti comme un coup de tonnerre dans le ciel du football européen. Un match fou, fou qui bascula de façon définitive en faveur des Corses avec l'entrée en jeu de De Zerbi et de Fanfan Félix. Le premier fit tourner la tête de Brauer, le second enfonça Weise et perfora la défense allemande. Car c'est ça le grand secret des Bastiais : pouvoir aligner seize ou dix-sept joueurs de niveau semblable, donnant un autre sens au mot remplaçant. 11 faut dire aussi que la forme affichée ce soir-là par les Corses leur aurait permis de dynamiter n'importe quelle équipe même si le gardien allemand Zimmer n'est pas à l'abri de tout reproche. Dans une équipe à féliciter en bloc on remarqua plus particulièrement Gués-don, libero d'autorité, Cazes, impitoyable sur l'homme et offensif quand il le faut, Lacuesta, peut-être le plus doué techniquement de tous, Papi, à la fois remiseur et marqueur, Larios, technique et physique à la fois et Félix, au jeu de tète redoutablement efficace. 

Dans les vestiaires, paradoxalement, les joueurs de Bastia considéraient que le onze de léna avait été l'adversaire le plus technique et le plus physique de ceux qu'ils avaient rencontrés cette saison en Coupe d'Europe. Larios, qui avait du sortir quelques minutes du jeu, montrait d'ailleurs à qui voulait les traces sur ses jambes de ses affrontements avec Noack puis avec Krause. Tous s'attendaient d'ailleurs à une réaction d'orgueil des hommes de Weise, au match retour qui auraient le cœur d'effacer l'affront de Furiani. Pratiquement assurés de leur qualification pour les demi-finales, c'était peut-être leur match le plus difficile qu'ils auraient à livrer dans quinze jours puisque cette fois-là, ce serait bien plus la manière que le résultat qui serait jugé. Mais ce que le commando corse avait pu réalisera Lisbonne, Newcastle et Turin, pourquoi ne le réussirait-il pas dans cette nouvelle bataille d'Iéna ?


Codec H264, Mkv
Bitrate 1300
Sound 160 kbps
Commentaires Francais
Chapitres
Taille 380+500mo
2 Liens




1ere Mi-Temps



http://www.megaupload.com/?d=LP5KJN21


2eme Mi-Temps



http://www.megaupload.com/?d=15KNYL0N

 https://rapidshare.com/files/2185698021/Ufa.Cp.1977.1978.Bast.Ien.Thewildbunch22.2Hlf.avi

Thanks to Guillaume "Zero-Zero"  
for rapidshare reupload Great Help

Bonus Tv Broadcast Interviews

http://www.megaupload.com/?d=CC5R2GSS




Quarter Final,
Second Leg Leg 
15 March 1978
Ernst-Abbe-Sportfeld,
Jena
Attendance: 15,000


  Avec cinq buts d'avance. Bastia est évidemment qualifié pour les demi-finales, mais Cahuzac ne veut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tue : « On ne sait jamais, dit-il, les Allemands vont attaquer d'entrée pour se venger. » Le 15 mars, léna attaque en effet, méne 1 -0, 2-1, 3-1 et met l'equipe corse dans ses petits souliers. Sur le banc de touche, Cahuzac se tortille, inquiet. Heureusement, Krimau marque un deuxième but (64e). après celui de Papi (26e). Les Allemands gagnent 4-2, mais sont éliminés. « Ils étaient physiquement plus forts que nous, constate Lacuesta. Nous ressentons actuellement le contrecoup d'un calendrier qui nous impose un match tous les trois jours. » Un peu plus loin Félix le remplapant remue des idées noires, cric a l'injustice : « Pas possible, dit-il. Il veut me tuer à petit feu.» Il, bien sur, c'est le boucanier occitan, le «Pinzuti». Cahuzac, avec son triomphe sur léna, ses sept victoires d'affilée   seul Moenchengladbach a fait mieux dans l'histoire  et toute sa réussite presente a enfilé un manteau d'hermine. Entre Napoléon et lui, on ne voit plus guère la différence.


Codec H264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 kbps
Commentaires Francais
Pass : Special Pass for

Members Only 


First Half




Second Half












Links


Caps












13 comments:

  1. Salut Franck,
    Un nouveau grand merci à toi pour le match retour à Iena...même si c'était la première défaite pour les bastiais.
    ...plus que 3 matchs et tu nous aura offert toute la série "Bastia UEFA 77-78"...je les attend avec impatience; tout particulièrement le retour de Torino, comme tu le sais.

    Très cordialement.
    Jarobegusi.

    ReplyDelete
  2. Pourquoi plus que 3 matches? Je vois les deux quarts contre Iena, l'aller du Torino, le retour du PSV, mais pas les matches contre Sporting, Newcastle ou Grashoppers. Sont-ils disponibles quelque part? Si c'est le cas, je suis plus qu'intéressé.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Lolo encore quelques reponses aux quizz te propulseront à Turin.

      Delete
    2. Salut Lolo63,
      En fait on peut espérer voir le retour de Torino et les 2 matchs contre les Grasshoppers...mais pour les 2 premiers tours il n' y avait pas eu de diffusion TV en france ni à ma connaissance en angleterre pour Newcastle...peut-être au portugal pour le sporting??? Queqlu'un est peut-être capable de répondre à cette question?
      En tous cas aucune chance pour un commentaire français.
      Jarobegusi.

      Delete
  3. Merci pour ces 2 matches !!!!!

    que je revois avec grand plaisir et nostalgie !!!!!!!

    ReplyDelete
  4. Super un grand merci pour ces matches, ton blog est vraiment génial.

    ReplyDelete
  5. J'ai envoyé un mail pour le pass mais pas de réponse pour le moment, je dois pas être assez patient.

    ReplyDelete
  6. aucun mail marque tonton jag dans mes mailS.

    ReplyDelete
  7. Ah désolé j'ai pas mis mon pseudo sur le mail, autant pour moi.

    ReplyDelete
  8. Thewildbunch22, I've downloaded the second match, but I don't have the right password. Please, could you send me an email with the password???? prbastos7@yahoo.com.br
    Regards,
    Paulo

    ReplyDelete
  9. It is necessary to enable the download option for the first leg. Thanks in advance.

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED