Saturday, September 24, 2011

Primera Division 1995 1996 Atletico Madrid Albacete

25 May 1996
Vincente Calderon,
Madrid
Decisive Titulo

 L'ombre. Et la folie. Deux constantes pour un seul club : le Club Atlético Madrid, fondé le 26 mars 1903 par des dissidents du « maître de la ville », le Real Madrid. Ces dissidents, étudiants inspirés par le club basque de l'Athletic Bilbao, dont ils reprennent les couleurs (le rouge et le blanc) et même le nom (Athletic Madrid), veulent un football inventif qui soit aussi école de vie. Pourtant, rien n'y fait. Le nouveau venu est condamné très vite à évoluer dans l'ombre du géant. Pendant la guerre civile qui va écarteler le pays, il est même contraint de s'associer avec le club de l'armée de l'air espagnole, Aviaciôn Nacional Madrid, pour survivre. Heureusement, l'équipe est entraînée par un ancien gardien de but phénoménal, Ricardo Zamora, et remporte le titre national en 1940 et 1 941. 

 Une autre ancienne star, Helenio Herrera, emmène le club vers deux nouveaux titres en 1950 et 1951. Pourtant, le régime du général Franco déteste cette équipe soutenue par les ouvriers de la ville, lui préférant son royal voisin au maillot blanc immaculé, le Real Madrid. En Espagne, aucun club n'aura autant vécu dans l'ombre d'un rival que l'Atlético vis-à-vis du Real. Même quand les rouge et blanc remportent leur première Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, en 1962, contre les Italiens de la Fiorentina, ils ne parviennent pas à gommer la formidable série réussie entre 1956 et 1960 par le Real en Coupe d'Europe des clubs champions. Bien sûr, il y aura d'autres titres. Une Coupe intercontinentale en 1974, des finales en Coupe d'Europe des clubs champions (1974) ou en Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe (1963 et 1986). Rien toutefois ne semble pouvoir donner de la grâce, du prestige, de l'allégresse à ce club réputé pour le soutien que lui prodiguent les classes populaires. Quand il quitte le vieux stade Metropolitano pour rejoindre, dans le quartier de Man-zanares, le stade Vicente-Calderôn - dont le nom constitue un hommage à un ancien président particulièrement actif - et ses 62 000 places, l'Atlético fait encore figure de parent pauvre, le Real disposant, lui, du stade Santiago Bernabeu, avec ses 106 500 places.

Alors, quand, au cours des années 1970, un homme d'affaires s'empare de la présidence de l'Atlético Madrid, le public espère des jours meilleurs. Des jours où l'Atleti dominera enfin, et régulièrement, l'ennemi héréditaire qu'est le Real. Cet homme s'appelle Jésus Gil y Gil. D'emblée, il convoque la presse espagnole et déclare : « Dans moins de dix ans, l'Atlético Madrid sera devenu le meilleur club du pays. » II faudra attendre vingt ans pour que le club remporte à nouveau un titre de champion d'Espagne - et fasse même mieux, puisqu'en 1996 il réussit le doublé championnat-coupe. Pourtant, et même si l'Atlético Madrid présente le troisième budget du pays (631 millions de francs pour la saison 1999-2000), derrière ceux du Real Madrid et du FC Barcelone, ce doublé n'est qu'une illusion. Jésus Gil y Gil parle beaucoup ; homme politique - il est maire de la station balnéaire très mondaine de Marbella -, il n'hésite pas à prendre et jeter les entraîneurs, en usant vingt-neuf en vingt-quatre années de présidence! Pis : il a cru que le club lui appartenait. 

 La justice espagnole l'a rattrapé le 22 décembre 1999, le destituant pour appropriation illégale du club à son profit personnel, faux en documents et d'autres délits encore. Une estimation fait état d'une fraude totale de 360 millions de francs. Au début de janvier 2000, sur les murs du stade Vicente-Calderôn, des slogans apparaissent : « Président, nous lutterons avec toi », « Avec Gil, pour toujours ». L'ombre, et surtout la folie. 
 -------------------------
En la campaña 1995/1996, el Atlético consiguió ganar la Liga y la Copa del Rey por primera vez en su dilatada historia. Desde entonces, el equipo rojiblanco no ha vuelto a conquistar ningún título. Este hecho eleva más el recuerdo de aquellos triunfos, cada vez más lejanos. El 25 de mayo de 1996, en la última jornada del Campeonato Nacional de Liga, el At.Madrid derrotó por 2-0 al Albacete en un Estadio Vicente Calderón lleno. Antic alineó estos jugadores: Molina, Geli (Tomás 81’), Santi, López, Toni, Caminero, Vizcaíno, Pantic, Simeone, Penev (Biagini 74’) y Kiko (Roberto 73’). En el minuto 15, Simeone marcó de cabeza un balón puesto con maestría por Pantic al ejecutar una falta lateral y en el minuto 30 un saque largo de Molina dejó sólo a Kiko que batió a Plotnikov. A partir de entonces, el partido quedó sentenciado e incluso el Atlético pudo aumentar su ventaja. El Atlético de Madrid se adjudicó la novena Liga de su historia. El conjunto colchonero finalizó primero con 87 puntos seguido del Valencia con 83, el Barcelona con 80, el Español con 74 y el Tenerife con 72, en tanto que el Madrid terminó sexto con 70 puntos y fuera de Europa. 



Codec H264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 kbps
French Comments
Pass : thewildbunch22
Full Game








 
Caps




1 comment:

NO LINKS ALLOWED