Tuesday, July 26, 2011

Focus On : Paul Gascoigne : "Italia 90", Gascoigne Glory"

 A entendre Bobby Robson célébrer les vertus mentales de son équipe, on aurait eu tendance à la prendre pour une gagneuse. Une de ces créatures sans beaucoup de cervelle, qui se déchire les tripes pour gagner sa croûte. Et quand Robson en rajoute en disant que sa troupe est arrivée jusqu'à Turin grâce, surtout, «à son esprit de combat, sa volonté et ses jambes », on se dit que l'Angleterre n'a donc pas eu à jouer au football pour se payer une tranche de demi-finale (ce qu'elle n'avait pas fait depuis 1966). Et c'est vrai que depuis que Robson - non, pas Bobby : l'autre, Brian, le joueur - est absent, l'Angleterre a du mal à ordonner son jeu. Elle a des jambes, c'est sûr, elle a du cœur, elle a du souffle mais elle n'a pas de tête. Alors, forcément, on tremble un peu pour elle face à l'Allemagne et à son empire du milieu. Car, à l'inverse, les Allemands sont des aigles à deux, voire trois têtes. Quand Pierre Litt-barski répond « nein » à l'appel du soir, le Kaiser peut se permettre le luxe d'aligner Olaf Thon et Thomas Hassler pour jouer les grosses têtes à côté de la îête pensante de Lothar Matthàus...
Une fois n'est pas coutume, pourtant. Les « tronches » allemandes se mettent à jouer comme des pieds et l'Angleterre, qui nous promettait de la sueur et des larmes, s'offre un football en strass et en paillettes. Elle a laissé, c'est sûr, son bleu de travail à Cagliari, Bologne et Naples, où elle est allée bourlinguer avant de rejoindre Turin. Et la clef anglaise de cette métamorphose, c'est Gascoigne. Un cerveau sur des jambes de marathonien. Quant au culot, n'en parlons pas. Gascoigne se multiplie avec une telle arrogance qu'on finit par croire qu'elle le sublime. Il se rnarre quand il joue avec un tire-ligne, mais il éclate carrément de rire quand il va au casse-pipe se coltiner avec les malabars de la défense allemande. 

 Faut dire que c'est un teigneux, Gascoigne. Un gars qui a grandi, comme Chris Waddle d'ailleurs, dans la crasse de Newcastle, à l'ombre des aciéries et dans la boue des terrains vagues. Un qui ne craint pas la castagne. Il est porté sur la bière, c'est vrai ; et ce poids mousse n'hésite pas à faire la claque quand on lui cherche des noises. Là, avec les Allemands, ça se passe plutôt bien. On se démonte avec le sourire, et on s'excuse en se donnant de grandes tapes dans le dos. C'est comme ça que Rudi Voiler s'est retrouvé sur le ilanc et que son compère Klinsmann, privé de canne blanche, va jouer le match le plus aveugle de sa vie. Car Riedle n'est pas Voiler et, dès qu'il peut voler la vedette à Klinsmann, il ne se prive pas de le faire. Tout ça pour dire que le Kaiser se ronge les sangs à voir son équipe tenter de lire en braille une leçon de choses inculquée de longue date à coups de taloches géniales de Matthaus. Mais ce soir, le bon Lothar a mis ses godasses à la retourne eî, forcément, ça ne tourne plus rond du tout dans l'équipe de Becken-bauer. C'est un vrai miracle, d'ailleurs, si elle se retrouve nantie d'un but d'avance à l'approche de l'heure de jeu, En l'occurrence Peter Shilton, le gardien anglais, est victime d'une balle perdue,., sur un tir, frappé de 20 mètres par Brehme, et contré par la botte de Parker. Une noire malchance pour cette équipe anglaise qui va se gaver alors de vengeance et d'audace. Dix minutes avant la fin, elle trouve en Garry Lineker le Zorro de son cœur. Celui qui pille les riches pour aider les pauvres. Beckenbauer s'en méfiait pourtant comme de la peste. « Ce Lineker m'inquiète, car il sait toujours profiter des erreurs des défenseurs. » Et ce n'est pas une erreur que commet la défense allemande, c'est une véritable « cagade », comme on dit dans le Midi. Ce qui s'est passé après relève plus d'un refrain longuement seriné la veille que d'une musique originale. Prolongations, tirs au but, détresse d'un (Pearce), puis de deux Anglais (Waddle, tifs à ras et tir au ciel), bonheur des uns, les Allemands, malheur des autres, les Anglais, qui auront parcouru tous les chemins d'Italie... sauf ceux qui mènent à Rome.



Codec H264, Mkv
Bitrate 1300
Master Vhs Rip
Sound 128 kbps
English Comments
Pass :
thewildbunch22


http://www.megaupload.com/?d=K5TY1PYC
http://www.megaupload.com/?d=D9C72L3Y


 
https://rapidshare.com/files/2493799428/Gazz.Glory.It.1990.Thewildbunch22.Pt1.mkv


 Thanks to Paulo for rapidshare reupload
Great Help

Cover Scan :
http://uppix.net/7/9/8/3f3f6a0c5461e4251c9944a04452c.jpg

Caps


2 comments:

  1. First link not working...

    ReplyDelete
  2. Yes, Anonymous has right, first link of Gascoigne's Glory cannot be downloaded for about a month... It's real pity! From other side, Germany - Belgium qualifying match was nice done! Thank you!

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED