Sunday, May 15, 2011

Champions League 1994 1995 Paris Sg Milan AC

Semi Final, First Leg
Parc des Princes, Paris
Mercredi 5 Avril 1995
Attendance 44.965
Referee Serge Muhmenthaler


 Nous en avions rêvé, le PSG ne l'a pas fait. Au lendemain de la qualification contre le Barça, tous les espoirs, ou presque, étaient permis. Au petit jeu des comparaisons, les Parisiens n'avaient pas à faire de complexes. Dans leurs championnats respectifs, dont, au demeurant, le niveau n'est pas identique, les Milanais étaient un peu à la ramasse, tandis que 1e Paris Saint-Germain figurait, depus le début de la saison, dans te trio de tête. Lors de la Champions League, les Français avaient enchaîné les succès, alors que les Milanais étaient passés par le petit trou de la serrure. Bref, l'exploit, que dis-je, la logique voulait qu'il n'y ait pas photo. Et qu'après l'OM en 1991, le Paris Saint-Germain aillait normalement écarter cette superbe machine à la carrosserie rutilante, mais au moteur bridé qu'est le Milan AC.

 A la place de la photo annoncée, c'est un poster double face qu'ont eu en cadeau les champions de France. Au recto, tout simplement une équipe tenante du titre, avec dix joueurs de champ internationaux et un gardien loin d'être un manchot. Au verso, la star dans son exercice favori, le contre-pied. Vous avez deviné, il s'agit de Dejan Savfcevic. Car, lors de ces deux confrontations, ce sont bien ces deux idées force qui ont dominé les débats. D'abord une équipe formidablement solidaire et organisée, dans laquelle chaque joueur, au poste qui lui est attribué, a un rôle bien spécifique à tenir. S'il s'en écarte, c'est uniquement pour porter secours à un coéquipier en difficulté, avant de retrouver, le plus vite possible, les principes de base. Un quadrillage du terrain qui étouffe l'adversaire, lui fait perdre ses forces et sa lucidité. Pou mêux te châtier. Une présence physique de tous tes instants lors des duels, aidée par une concentration que rien ne vient troubler. Comment expliquer autrement ce que nous autres, Français, appellererions de la chance et qui consiste à voir neuf joueurs déjà sous le coup d'un carton jaune. passer au travers de toutes tes gouttes et des décisions arbitrales afin d'être opérationnels pour la finale. Cette extraordinaire faculté à penser football de A à Z est bien un trait de l'éducation italienne. Un domaine où peu de choses sont laissées au hasard.
Et quand l'adversaire a été malaxé, trituré, éprouvé, l'exploit individuel surgit. A la quatre-vingt douzième minute, s'il faut attendre jusque-là, comme ce fut le cas lors du match aller. A cet instant de la rencontre, alors que toutes tes autres équipes auraient tenté une timide incursion, les Italiens qui ont mené la contre attaque. Massaro, Savicevic et Boban se sont jetés comme des affamés vers le but de Lama. 

 Au retour, pendant que l'on supputait sur la meilleure façon pour les Parisiens d'inverser une situation fort compromise, du côté du Milan, le schéma tactique ne prêtait à aucune discussion. Et les Parisiens, tétanisés et pétrifiés n'allaient jamais détraquer cette extraordinaire mécanique. Savicevic, avec ce pied gauche qui est plus adroit qu'une main, allait parachever l'œuvre collective. Si par hasard, nous n'avions pas bien vu le premier but, il allait nous en proposer la répétition symétrique quelques dizaines de minutes plus tard. Nous en avions rêvé. PSG ne l'a pas fait. Mais aucune déception ne traversait la délégation française. On en revenait au petit jeu des comparaisons. Celui qui consiste à remarquer que tes deux arrières latéraux Colleter-Cobos, d'un côté, Maldini-Panucci, de l'autre n'ont pas vraiment la même envergure ni la même emprise sur un match. Une démonstration que l'on pouvait mener ligne par igné. Pour en arriver à Dejan Savicevic côté italien et... côté parisien, où il n'y a pas d'équivalent. Paris terminait ainsi son aventure européenne. Sans oublier la qualité de son parcours jusqu'à cette confrontation avec Milan. En mesurant aussi te chemin à parcourir pour devenir un grand d'Europe.



Codec H264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128kps
French Comments
Pass : twb22.blogspot.com
Full Game


http://www.megaupload.com/?d=Y3ZVB5BN
http://www.megaupload.com/?d=1UGFAVCK
http://www.megaupload.com/?d=56693X0S
http://www.megaupload.com/?d=Q3RGW7DR
http://www.megaupload.com/?d=TXU9G31I






Caps














11 comments:

  1. I remember this match very well... THANKS !

    ReplyDelete
  2. Me too, my last time at Parc des Princes

    ReplyDelete
  3. Really? You see play Baresi in live? Woooooow!... Mmmmh, en France play amazing cracks (Platini, Tigana, Francescoli, Zidane, Amoros, Deschamps, Waddle, Weah, Ginola, Cantona, Henry, Desailly, Chalana, Papin). Who was your favorite in Ligue 1?... What happend with Stoijkovic in OM?

    ReplyDelete
  4. Favorites live : Platini Susic
    Psg Milan was the last game i saw Live on Parc des princes.

    ReplyDelete
  5. About Susic, i had a couple of two years pass at the Parc Princes in the 80s, I saw this guy a lot of times he was one of the greatest N° 10 of all times.

    ReplyDelete
  6. Susic... Mmmh, 1 year ago i watch "France vs Yugoslavia" of the Euro 1984, remeber Susic and Stoijkovic. I must to see more games of PSG and Yugoslavia of the 80's.

    ReplyDelete
  7. Today talk with a girl friend of Serbia in Facebook, she tell me about Susic. I dont know Susic pick up how The Best Player of the PSG History... One of the best her saw !

    ReplyDelete
  8. Defenitivly the best, even better than Weah.

    ReplyDelete
  9. Could you kindly reupload this game ?

    ReplyDelete
  10. re-upload this pleaseeeeeeeeee

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED