Tuesday, March 6, 2012

European Cup 1989 1990 Milan Ac Benfica

Final
Prater Stadium, Vienna
23 May 1990

Attendance: 57,000
Referee: Kohl

   Miracle à l'italienne, celui qui fait du Calcio le football le plus glorieux d'un sport imaginé par des Anglais chassés ces derniers temps de la scène européenne. Le foot fait ainsi des pieds de nez à l'histoire. Et l'histoire rapporte aujourd'hui les échos d'une saison fabuleuse où l'Italie a raflé les trois coupes européennes. Exploit historique qui entre tout droit dans la légende. Même l'Espagne de 1962, qui avait placé ses clubs en finale de toutes les Coupes d'Europe, n'avait pu enlever que deux finales avec le Barça en Coupe des Coupes et Saragosse dans la Coupe des Villes de Foire. A l'heure de la distribution des prix manquait à l'appel le Real Madrid battu par Benfica pour la Coupe des Champions. L'Italie triomphe donc à tous les niveaux, sur tous les plans, dans tous les stades. 

 Cette marche triomphale qui a commencé le 9 mai à Goeteborg par le succès de la Sampdoria de Gênes face à Anderlecht (2 buts de Gianluca Vialli), s'est poursuivie par un règlement de comptes à l'italienne avec la Juve exécutant la Fiorentina (3-1 à l'aller à Turin et 0-0 à Avellino au retour), pour connaître son apothéose le 23 mai à Vienne avec la victoire du Milan AC sur Benfica (1-0). Ah, quel joli mois de mai ! Les esthètes pourront toujours pincer des bouches venimeuses en disant qu'aucune de ces finales n'atteignit le niveau escompté. Il n'en reste pas moins que seuls les faits (plus têtus encore que les censeurs) marqueront l'histoire. Et qui se souviendra demain que ces finales furent le refuge de la médiocrité ? On aura oublié les passes approximatives, la rudesse de certaines interventions, les scores étriqués pour ne retenir que ce qui a de la valeur : La Victoire !

Celle du Milan AC chez les Champions, celle de Gênes en Coupe des Coupes et celle de la Juventus de Turin pour l'U.E.F.A. En un mot, celle du Calcio... Car, au-delà même de ces résultats ponctuels, le football italien pose les jalons d'une prochaine saison exceptionnelle avec huit représentants sur la ligne de départ des compétitions européennes. Deux en Coupe des Champions : Milan AC, le tenant, et Naples, le champion d'Italie en titre ; deux autres en Coupe des Coupes : avec la Sampdoria détentrice du trophée et la Juventus qui a gagné la Coupe d'Italie ; et enfin Tinter de Milan, l'AS Roma, l'Atalanta de Bergame et Bologne en Coupe de l'U.E.F.A. Soit les huit premiers du championnat italien. Qui dit mieux ! Avec en filigrane une représentation géographique qui, du nord de la péninsule avec Milan et Turin jusqu'au sud avec Naples, jette suffisamment d'huile sur le feu pour des passions dans un pays où le fossé économique, le passé culturel et même les différences ethniques accentuent les fractures entre un nord riche et prospère et un sud nonchalant...

Ce n'est pas, d'ailleurs, le moindre des paradoxes de ce pays où le football a ses chantres, ses poètes, ses rites, son passé, au point que l'on peut parler à son propos de véritable religion. Une religion qui compte des millions d'adeptes animés par la même passion quand bien même idolâtrent-ils une foultitude de dieux. Ce peuple des tifosi réussit à puiser dans sa ferveur pour le mode de vie, une façon d'être et d'exister, qui gomme toutes les différences, abolit toutes les inégalités. Avec un credo unique : respect. Ainsi que l'a écrit le journaliste P.-M. Descamps : « Respect des institutions, de la tradition, du jeu, des adversaires et tout simplement de leurs propres joueurs... » Et ça, c'est aussi la marque de fabrique d'un football italien qui rafle tous les titres, tous les honneurs et se paye le luxe d'acheter les meilleurs footballeurs de la planète. R ce titre, la réflexion de Luis Suarez, le sélectionneur espagnol, en dit long sur le formidable état de santé de ce Calcio. « Je suis suffoqué de voir Martin Vasquez quitter le Real Madrid pour le Torino ! Avant, quand un joueur partait du Real, c'était uniquement pour aller à Barcelone... » Mais aujourd'hui, c'est l'Italie qui fait la loi en Europe et ce sont ses clubs qui tiennent les cordons de la bourse. L'histoire est en marche et n'ayons pas de honte à crier : « Viva Italia ! » En d'autres temps, d'autres tifosi, dans le sillage de Cavour et de Garibaldi avaient lancé le fameux : « Italia tara da se ! » Et l'unité de l'Italie s'est ainsi faite. Désormais, cette unité passe sûrement par le Calcio !


AC Milan: G. Galli, Tassotti, Costacurta, Baresi, Maldini, Colombo (F. Galli), Rijkaard, Ancelotti (Massaro), Evani, Gullit, Van Basten (manager: Sacchi) (Rijkaard 62)
Benfica: Silvino, Jose Carlos, Aldair, Ricardo, Samuel, Vitor Paneira (Vata Garcia), Valdo, Them, Hernani, Magnusson, Pachedo (Cesar Brito) (manager: Eriksson)
 Codec H264, Mkv
Bitrate 1300
Sound 128kps
French Comments
From Vhs
Pass : twb22.blogspot.com






 Ruud Gullit had played his first game of the season the previous week and, although he had confessed to being 'only 70 per cent fit', the Dutchman played in attack alongside Marco Van Basten against the strong Benfica side. Magnusson, scorer of 33 goals in the Portugese league, and Valdo were their counterparts for Benfica. The newly-refurbished Prater Stadium was the venue for the much anticipated clash. The game was a tactical battle, with Milan making futf use of their expertise in the offside trap and the long pass-back to keeper Galli, a different team from the exuberant side of last year's Final. Benfica had most of the attack, in particular the impressive Brazilian Valdo whose running with the ball and skilful passing and turning kept Costacurta and Ancelotti on their back feet. Milan, however, were still dangerous. In the 39th minute, Gullit found Tassotti and the full-back's cross was met by Van Basten, whose shot was well saved by keeper Silvino.  Four minutes into the second half. Van Basten passed to Gullit with only the keeper to beat but Gullit's snatched shot was stopped by Silvino. It was then Benfica's turn to go close, when a 25-yard shot from Valdo beat keeper Giovann Galli but went just wide of the post. In the 62nd minute, Costacurta picked up a ball from Filippo Galli and fed Van Basten. whose pass through the Benfica defence was met b> Rijkaard who smashed the ball into the net wide of the keeper. 1 -0 to Milan. Benfica brought on forward Vata Garci. to replace midfielder Vitor Paneira, but the Portuguese side had left it too late. Gullit could have added another in the 78th minute but elected to hit a good chance well over the bar and, although Jose Carlos nearly caught out keeper Galli with ten minutes to go, Milan held on till the final whistle. The skill of Van Basten, the midfield power of Frank Rijkaar and the tireless defence of Costacurta, Baresi and Maldini had ensured that Milan's name was on the trophy for the second year in succession. Unlucky Benfica, who had provided strong and determined competition to the Italians, had now suffered their fifth defeat in seven European Cup Finals.
















 Caps












5 comments:

  1. Hello! Who have 1993France-Bulgaria,
    1993England-Holland,Holland-England? thanks.

    ReplyDelete
  2. http://twb22.blogspot.com/2011/10/world-cup-qualifying-1994-france.html

    Please reupload it. thanks.

    ReplyDelete
  3. I have taken quite a few of these workshops, and have
    been quite pleased with all of them. Photographs are very important for
    event management companies; hence many opportunities are available in this field for professional photographers.

    Nikon Digital camera price in India is easy matches to the cost and quality sensitivity of the crowd and relatively quite affordable.


    Review my webpage; online courses photography

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED