Monday, February 27, 2012

Focus On : Osvaldo Ardiles in Tottenham "The Wizardry of Ossie"

  Il y a des années lumiere de cela, le championnat d'Angleterre était réservé exclusivement aux Britanniques. Plus tard, les joueurs anglais prirent des libertés avec la tradition puisqu'ils se laissèrent séduire par le football continental et surtout le « soccer » américain. Enfin, l'importation a commencé avec la venue des Argentins Ardiles et Villa à Tottenham Hotspur, le grand club londonien. Le seul exemple connu jusqu'alors de joueur étranger pratiquant en Angleterre est celui du gardien de but allemand Bert Trautmann... ancien prisonnier de la Seconde Guerre mondiale. La surprise du transfert des deux champions du monde a été totale. On avait pris l'habitude de l'expatriation des Argentins vers des pays latins tels que l'Italie (avant la fermeture des frontières), la France et surtout l'Espagne. Mais l'Angleterre ! Imaginez la tête des dirigeants conservateurs en diable en voyant débarquer ces deux « muchachos » ! Or les Anglais pensaient déjà en octobre 1977 faire venir des Argentins dans leur pays. A cette époque un imprésario de Buenos Aires, Oscar Martinez. prend contact avec ses amis de Londres et leur propose d'y faire venir des joueurs avec des qualités techniques très différentes de celles que l'on rencontre habituellement chez les footballeurs du Royaume-Uni. L'un de ces amis, le manager de Sheffield United, Harry Haslam, préfère attendre l'après Coupe du Monde pour se décider. 

L'intermédiaire pressenti pour les modalités du tranfert est l'ex-international argentin, Antonio Rattin. Celui-là même qui durant la Coupe du Monde 1966 en Angleterre s'était fait expulser du terrain sous les huées du public de Wembley au cours du match... Angleterre-Argentine ! Juin 1978 : les dirigeants de Tottenham — l'une des équipes qui viennent de remonter en première division — sont devant leur poste de télévision et admirent les évolutions de la « bande à Menotti ». Les directeurs se décident définitivement à l'issue d'Argentine-Pologne. Au cours de cette rencontre, Ardiles et Villa ont joué chacun une mi-temps au poste de demi. Or, l'entraîneur de Tottenham. Burkinshaw, a demandé un renfort de deux milieux de terrain. Ce seront les deux compères. Rattin est convoqué mais il se rend d'abord à Sheffield afin de faire une ultime proposition pour ce club de seconde division. Sheffield ne peut payer et Rattin retourne à Tottenham dans le plus grand secret. Ce n'est qu'au dernier moment que le transfert sera rendu public. Lundi 11 juillet 1978, à l'Hôtel Libertador de Buenos Aires, Villa et Ardiles sont présentés à leur nouvel entraîneur. Les chiffres de la transaction sont annoncés. Chaque joueur est coté deux millions cinq cent mille francs. Les deux clubs argentins (Racing pour Villa et Huracan pour Ardiles) se partagent la plus grosse partie, les joueurs, eux, touchant chacun quinze pour cent. Samedi 19 août : c'est la première journée de la « League ». Tottenham se déplace chez les Champions 1977-78. les « Reds » de Nottingham Forest. 

 La tâche est ardue mais Ardiles et Villa se démènent comme de beaux diables et, dans un silence impressionant, le moustachu Ricardo Villa — qui a troqué sa barbe pour une parure à la Luque — marque ie premier but de la saison et de sa carrière « anglaise ». Quatre jours plus tard ce sont les débuts officiels au stade de White Hart Lane, bourré à craquer. Villa et Ardiles sont accueillis sur le terrain sous un nuage de « papelitos » lancés par les quarante-sept mille supporters enthousiastes. Mais les adversaires, Aston Villa, ne se laissent pas impressionner et la défaite de Tottenham est cuisante (1-4). Nos deux Argentins comprennent alors que le football britannique est bien difficile. La Coupe de la « League » ne semble pas plus porter chance à nos deux compères : ils se font éliminer par la formation de troisième division, Swansea. Cette série noire prend fin avec la victoire des « Spurs » en championnat face a Bristol. Cette rencontre marquait le début d'un redressement très utile à la veille d'une révolte des supporters. Sécurisés, ensuite, par la victoire sur Leeds. à l'extérieur. Oswaldo César Ardiles : c'est le plus petit par la taille mais pas par la valeur. Il a vingt-six ans (tout comme Villa d'ailleurs, né quinze jours plus tard), ne mesure que 1,69m mais sa solide expérience de quarante matches sous le maillot argentin le place parmi les meilleurs demis du inonde. On le rencontre aux quatre coins du terrain qu'il parcourt de sa petite foulée saccadée. Son activité est inlassable et ses passes sont très précises. Ricardo Julio Villa, au contraire, est massif (1,85 m pour 83 kg) et son jeu est plus individualiste. C'est vrai qu'il reste plus souvent sur le front de l'attaque où il tente sans cesse des « une-deux » avec son avant-centre. Il représente à merveille le style argentin qui a si souvent réussi en Europe...



Codec H 264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 Kbps
English Comments
Vhs Master Rip
Pass 

Scan Cover

















  










Caps














No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED