Thursday, January 26, 2012

Uefa Cup 1977 1978 Psv Eindhoven Bastia

Final
Second Leg
9 May 1978
Philips Stadion,
Eindhoven

Attendance: 27,000
Referee: Nicolae Rainea
 
 De toute l'histoire du football français, le S.E.C. Bastia est devenu notre troisième représentant à accéder en finale d'une grande compétition européenne. Après le Stade de Reims en 1956 et 59, après Saint-Etienne en 1976 qui se distinguèrent jusqu'à l'ultime rencontre de la Coupe des Clubs Champions, c'est maintenant aux hommes de Cahuzac d'essayer de conquérir un sacre européen qu'aucune équipe française n'est parvenue à obtenir. Une vingtaine de nos clubs ont disputé la Coupe de l'U.E.F.A., le record des participations étant détenu par I.yon (six), devant Marseille et Bordeaux (cinq), puis Nice (quatre). Mais la réussite n'accompagna jamais nos compatriotes : ni les uns ni les autres ne purent franchir l'obstacle des quarts de finale. Pour leur premier galop-U.E.F.A.. les Bastiais réalisent donc un coup de maître qu'il convient de saluer avec enthousiasme, quelle que soit, d'ailleurs, l'issue définitive de leur épopée.

 Le 26 avril à domicile et le 9 mai en terre batave, les Lions de Furiani affronteront donc les Hollandais du P.S.V. Eindhoven, les joueurs de Kees Rijvers étant venus à bout, successivement, de Glenavon (6-2 5-0). Wid/ew Lod/ (5-3/1-0). Brunswich (2-02-1). Magdebourg (0-1,4-2) et Barcelone (3-0/1-3). Un
Barcelone qui fut justement le premier vainqueur de l'épreuve et qui. avec trois trophées acquis en 1958. 60 et 66 reste le grand triomphateur de la compétition. Le P.S.V. Eindhoven est surtout connu en France grâce aux combats sans pitié qui l'opposèrent aux Verts de Saint-Ftienne. en demi-finale 75-76 et en huitième de finale 76-77 de la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Jamais les coéquipiers de van der Kuylen n'ont été sacrés en Europe. Les nouveaux Champions de Hollande ont ainsi l'occasion de rejoindre Feyenoord de Rotterdam et Ajax d'Amsterdam au palmarès glorieux des clubs européens : Feyenoord ayant remporté la Coupe des Champions en 1970. la "Coupe U.E.F.A. en 1974. avant que l'Ajax n'établisse son règne en 71, 72 et 73. Mais les Bastiais. n'en doutons pas. vendront chèrement leur peau. Tout est possible. Le Sporting de Lisbonne (3-2/2-1), Newcastle United (2-1,3-1). Torino (2-1/3-2). Cari Zeiss léna (7-22-4) et les Grasshopers de Zurich (2-3/1-0) en ont fait la douloureuse expérience. Pourquoi alors, comme jadis Raymond Kopa contre Reims, les jambes de Johnny Rep ne battraient-elles pas plus vite pour son club que le cœur qu'il a gardé pour son pays ? La fête continuerait dans le football français.


 La finale de la Coupe U.E.F.A., contrairement à celle de la Coupe d'Europe des Clubs et à celle de la Coupe des Vainqueurs de Coupe, a la particularité de se jouer en deux matches aller et retour, sur le thème proposé au cours des cinq tours précédents. Une vieille habitude concédée au temps de la Coupe des Villes de Foires, pour une raison de recettes. L'adversaire des Bastiais est P.S.V. Eindhoven que les Français ont appris à connaître en regardant les quatre séquences 76 et 77 du feuilleton des Verts (1-0, 0-0, 1-0, 0-0). Les jumeaux Van De Kerkhof, René et Willy, le gardien Van Beveren, l'entraîneur Kees Rijvers dit « Bicyclette » sont presque des amis de la famille. On les préférerait un peu grippés afin de leur donner une purge, mais cette mauvaise idée n'empêche pas totalement les sentiments. L'ennui, en ce mois de mai 1978, c'est que P.S.V. n'a pas du tout le teint fripé. Il vient d'être sacré champion de Hollande avant même d'avoir subi sa première défaite. Plusieurs de ses joueurs sont présélectionnés pour la Coupe du Monde. Et tout ce petit monde réchauffé à la chaleur des lampes Philips (c'est la marque internationale qui patronne P.S.V. Eindhoven) rêve de conquérir une coupe européenne pour imiter les deux « Grands » hollandais. Ajax et Feyenoord. Jamais on n'a connu, en Corse, un engouement pareil pour un match de football. Les places, pourtant, valent de 130 à 360 francs, et assureront une recette de 129 millions d'anciens francs. De toute l'île, de tout le continent, les supporters du Sporting sont venus. Mais au-dessus de la montagne, les nuages noirs s'accumulent, promesses de trombes d'eau, disent les bergers. Vers 14 heures, les premières gouttes s'écrasent sur les gradins. A dix-huit heures, le diable bat sa femme dans les grondement de tonnerre et un déluge comme jamais, dit-on, Furiani n'en a vu tombe du ciel. On pense alors que le match sera remis. Vers 20 heures, dans une accalmie, l'arbitre M. Maksimovic s'aventure pour tâter le terrain. Des pinces à vélo tire-bouchonnent ses bas de pantalon. Ses chaussures de ville font une drôle de tête. 11 réclame un ballon. On le lui apporte, il le lance en l'air, tout le monde s'écarte. « Chouette, dit le ballon, je flotte. » Pas de problème, dit l'arbitre, c'est jouable. Jouable, mon œil, dirait Zazie. Cette comédie destinée aux pékins que nous sommes est dorénavant programmée comme du papier à musique. Le rendez-vous avec l'Eurovision, les contrats publicitaires, le calendrier, les voyages de supporters, rendent désormais «jouable» n'importe quel terrain. Rappelez-vous Francfort, lors du Mundial 1974, pour R.F.A.—Pologne!

Dans le vestiaire, les joueurs corses sont eux aussi d'accord pour jouer : « On ne peut pas faire ça, remettre le match, à nos supporters qui ont pris une journée de congé sans solde. Et puis, ce serait peut-être aller contre notre destin. Qui sait si nous n'allons pas marquer trois buts?» Rep et Papi, incertains jusqu'au coup d'envoi, enfilent leur maillots. « Alors, si on gagne le toss, on attaque dos à la mer?» demande Cahuzac à ses joueurs. C'est la coutume. Il ne faut rien négliger. La mer n'est pas dans le dos des Bastiais. Elle est sur le terrain. Dans des conditions dantesques, bientôt statues de boue, les joueurs corses et hollandais poussent le ballon, le perdent, reviennent le chercher sans cesse, au hasard d'une flaque ou d'une plaque de gazon. Toutes les subtilités techniques du jeu bastiais sont noyées tandis que les Hollandais, venus surtout pour défendre, sont terriblement avantagés. our être tout à fait juste, il faut admettre que plusieurs joueurs de Cahuzac n'ont plus leur fraîcheur athlétique des mois passés, à commencer par Papi, le meneur de jeu, qui en a tant et tant fait que ses muscles ne répondent plus qu'en deuxième intention. Et puis, il y a Van Beveren, ce monstre de gardien, qui s'en va boxer tous les ballons volant près de sa cage. Les exploits de Mariot sur l'aile gauche, les efforts de Larios, les jaillissements de Cazes et les relances de Burkhardt, tout cela sombre dans le marais de Furiani en un 0-0 décevant pour les Corses. « Un spectacle terrible », dit Rijvers. « Une première mi-temps remarquable de mes joueurs», ajoute Cahuzac. « Peut-être le meilleur match des Bastiais cette saison», conclut Michel Hidalgo.

 Le 9 mai 1978, date du match retour à Eindhoven, c'est aussi l'anniversaire de la bataille de Ponte Novu qui vit tomber en 1769 les soldats de Pascal Paoli et qui immortalisa la célèbre -tête de Maure, emblème de l'île. « Ce n'est pas fini », assurent les joueurs bastiais', imité par Tino Rossi, stratège optimiste : « 0-0 finalement, c'est peut-être mieux que 1-0. Avec un but d'avance à Eindhoven, Bastia aurait inconsciemment essayé de protéger son avance et comme la défense n'est pas son fort, il aurait couru les mêmes risques qu'à léna et qu'à Zurich. Obligés d'attaquer, comme ils le furent à Lisbonne, à Newcastle, à Turin, nos joueurs sont capables de surprendre les Hollandais.» Ce 9 mai 1978, à Eindhoven, il n'y a pas de surprise. L'équipe bastiaise, physiquement épuisée, s'écroule dans la ligne droite qui pouvait lui offrir le triomphe dont elle rêvait, et qu'assurément elle eût mérité. A la 25e minute, Willy Van De Kerkhof (le demi) fait un « une-deux » avec Poortvliet et trompe Hiard. A la 65e, après deux ou trois atermoiements des défenseurs corses, Deykers reprend le ballon en demi-volée et marque. A la 67e enfin, Van Der Kuylen réussit un petit chef-d'œuvre, tirant d'abord sur la barre transversale et reprenant le ballon pour marquer le troisième but de son équipe. La déception des Bastiais est à l'image de leur grande espérance, et de tous ces exploits accumulés depuis huit mois. « Ils ont pleuré, et je les comprends», révèle Cahuzac en sortant du stade d'Eindhoven, ajoutant : « C'est chez nous, trahis par Furiani, que nous avons perdu la Coupe. » Les Français aussi sont déçus. Ils s'étaient habitués à « prendre le maquis, le maquis de l'âme ». Quand le reprendront-ils?

SEC Bastia : Hiard (puis Weller 75e)- Marchioni, Guesdon, Orlanducci, Cazes - Papi, Lacuesta, Larios – Rep, Krimau, Mariot (puis De Zerbi 58e). Entraineur : Cahuzac
PSV Eindhoven : Van Beveren – Krijgh, Brandts, Van Kraay (puis Deacy 79e), Stevens, – Poortvliet, Van der Kuylen, W. Van de Kerkhof - R. Van de Kerkhof, Deyckers, Lubse. Entraineur : Rijvers






Codec H264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 kbps
French Comments
Pass : Special Pass
for members only
Full Game

 

First Half
http://rapidshare.com/files/4028014352/Ufa.1977.1978.Eind.Bast.twb22.blogspot.com.1Hlf.part2.rar
http://rapidshare.com/files/2454997181/Ufa.1977.1978.Eind.Bast.twb22.blogspot.com.1Hlf.part1.rar


Second Half
http://rapidshare.com/files/39287099/Ufa.1977.1978.Eind.Bast.twb22.blogspot.com.2Hlf.part2.rar
http://rapidshare.com/files/1452436097/Ufa.1977.1978.Eind.Bast.twb22.blogspot.com.2Hlf.part1.rar























Caps












20 comments:

  1. Salut Frank,
    En effet tu ne t'es pas trompé...c'est vraiment le type de match que j'ai un immense plaisir à découvrir quand j'ouvre ton blog...et la série des matchs de Bastia en C3 cette saison là commence à bien se compléter...c'est super, t'es vraiment un "chef". Merci.
    Quant à cette finale: vraiment dommage que le match aller se soit déroulé sur ce "terrain de m..."
    Cordialement.

    ReplyDelete
  2. Excellent!!!
    C'est vraiment ça "la madeleine de Proust"...
    J'avoue que je ne me souvenais pas que ce match avait été commenté par Cangioni et Fulla. En fait je ne suis pas certain que l'haltérophile Fulla ait été un super commentateur de foot!!!...ce dont je me rappelle c'est qu'il n'y avait pas longtemps qu'on avait une télé couleur à la maison...ça fait d'ailleurs bien rire les jeunes à l'heure du satellite et d'internet.
    Jarobegusi.

    ReplyDelete
  3. obligé Cangioni pour Bastia.

    ReplyDelete
  4. Bonjour a tous ,
    Merci pour ce match d'anthologie ^^
    Quel est le mot de passe svp ?

    Merci

    ReplyDelete
  5. Twb MUCHAS gracias por esta maravilla una gran final un saludo.

    ReplyDelete
  6. bonjour tout le monde.
    Une belle équipe de Bastia à l’époque,
    et ce match aller dans le bourbier... j'ai hâte de le revoir
    C'était impossible de marquer. merci pour le post.
    (l'équipe en photo n'est pas celle de Bastia ! Montpellier ? je crois reconnaitre Michel Mezy en bas à gauche.

    ReplyDelete
  7. Salut,
    en effet, ce n'est pas une photo de Bastia mais une photo du FC Bruges...également finaliste de coupe d'europe en 1978, mais en C1 contre Liverpool...une super équipe d'ailleurs.
    Cordialement.
    Jarobegusi.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci Anonymous pour l'info.
      Autre précision, ce n'est pas Pierre Fulla mais Jean Raynal et Pierre Cangioni aux commentaires. Bon visionnage à tous !!

      Delete
  8. oui bien entendu tu as raison c'est Raynal...terrible confusion, même si voix un peu similaire et si Fulla était sur TF1 à l'époque et participait aussi à télé foot.
    Merci pour la rectification.
    Jarobegusi.

    ReplyDelete
  9. Oui le fc bruges erreur dans pack de photos....

    ReplyDelete
  10. HOW DO I BECAME A MEMBER OF THIS GREAT WEBSITE, SOMEBODY HELP ME!

    ReplyDelete
  11. Registration on right side (member)

    ReplyDelete
  12. Bonjour,

    Les mots de passe que vous m'avez envoyé ne fonctionnent pas pour ce match.
    Merci de m'éclairer.
    Cordialement

    ReplyDelete
  13. Quel dommage que presque tous les liens soient sur Megaupload !!

    ReplyDelete
  14. ???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

    ReplyDelete
  15. Un grand MERCI pour ce match !!!!!

    Pour information : Jacques Tati a réalisé un court métrage sur la journée du match aller entre Bastia-Eindhoven. Ce document s'appelle Forza Bastia.

    ReplyDelete
  16. Excelentes tus aportes. Te agradezco mucho compartir con nosotros estos maravillosos partidos. ¿Puedo pedirte el Pass para descargar este partido?
    Gracias

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED