Sunday, January 22, 2012

P.L. 2011 2012 Arsenal Manchester United

22 January 2012
Emirates Stadium,
London

Referee: M. Dean

  Le 28 août dernier, Arsenal s'était incliné 8-2 à Old Trafford. En clôture de la 22e journée de Premier League, Arsenal (5e), a l'occasion de prendre sa revanche à l'Emirates Stadium face Manchester United (2e). Avec le nul de Chelsea et les défaites de Newcastle et Liverpool, les Gunners ont une incroyable opportunité de refaire leur retard au classement et s'approcher des places qualificatives pour la Ligue des champions. Restant sur deux défaites, il est maintenant temps d'assumer ses ambitions.

Onze cents. Tel est le nombre de managers de clubs professionnels qui ont perdu leur poste en Angleterre depuis que le futur sir Alex succéda à Ron Atkinson en novembre 1986. Leur espérance de vie, pourtant plus longue dans ce pays que dans quelque autre en Europe, n'est plus que d'un an et six mois en moyenne. Seul Fergie est resté présent, un quart de siècle, autant dire une éternité. Peut-être parce que, pour lui, cette éternité est d'abord un éternel présent qui ne laisse pas de temps aux regrets. Steve McClaren, qui était alors son assistant, a raconté comment, retrouvant son boss à Manchester deux jours après que MU avait remporté la Ligue des champions de 1999, Ferguson n'avait pas fait une seule fois allusion au titre remporté à Barcelone. Il n'avait été question que de la saison à venir, des trophées qui restaient à gagner, pas de celui remporté face au Bayern, dont la conquête l'avait pourtant obsédé. L'homme, encore jeune, qui débarqua d'Ecosse en 1986 arrivait à Old Trafford bardé de titres improbables acquis avec Aberdeen, mais aussi d'une réputation qu'il n'a pas complètement perdue. Inflexible, emporté, pour ne pas dire violent, il avait multiplié les bras d'honneur à l'establishment. C'est que le seul réseau dont il fit jamais partie est celui qu'il se créa lui-même. 

 Pendant quatre longues saisons, il ne fit que survivre, malgré les millions dépensés en joueurs par ses présidents Michael Knighton et Martin Edwards, seule une victoire en Cup en 1990, remportée par miracle, lui valut de conserver son poste. Par miracle, et par l'intercession d'un joueur nommé Mark Robins. Le 7 janvier 1990, MU, 15e du Championnat, était opposé au Nottingham Forest de Brian clough en 32es de finale de cette compétition. Robins, se levant du banc, marqua le but décisif qui sauvait son entraîneur d'un limogeage prédit par une presse qui voulait la peau de l'Écossais. Et c'est encore Robins qui fit la différence lors de la demi-finale contre Oldham. Le condamné avait gagné son sursis, rien de plus. Un an plus tard, lorsque MU s'effondra dans les ultimes journées du championnat pour offrir le titre à Leeds, Ferguson était encore décrit comme un loser. C'était avant qu'il leur fauche Cantona, bien sûr, et que le loser ne devienne un ogre. N'oublions pourtant pas que les deux décennies de succès presque ininterrompus qui suivirent furent aussi celles d'un pénible apprentissage de l'Europe, de multiples clashes avec ses stars (Keane, Stam, Beckham, Rooney), de l'OPA des Glazer, contre laquelle son âme de militant socialiste se révoltait, d'une fausse retraite annoncée en 2001, de la fameuse affaire du cheval Rock of Gibraltar, de conflits permanents avec le corps arbitral, les médias et ceux de ses confrères qui ne l'acceptaient pas pour maître; Wenger, puis Benitez, entre autres. 

Autant dire de quoi briser bien plus d'une vie que la sienne. Mais sir Alex a survécu. Lorsque nous l'avions nous-mêmes rencontré en 2003, peu de temps avant une finale de Cup gagnée contre Millwall, il nous avait confié que «la raison pour laquelle il avait résisté, est qu'il parvient à atteindre cet état de... comment dire, de "vide", qui lui permet d'écarter tout le reste. Je suis convaincu que chacun, moi comme les autres, a besoin de "temps de pensée". Si vous n'avez pas de "temps de pensée", les événements vous submergent.» C'est ainsi que, parfois, lorsqu'il arrive à Carrington, dès 7 heures du matin, il s'enferme dans son bureau après une demi-heure passée au gymnase, puis son traditionnel breakfast d'un bol de céréales. Une tasse de thé fumant à la main, il « évacue », pour reprendre son expression. Personne n'ose le déranger, évidemment. Et c'est pendant ces moments passés seul avec lui-même que Ferguson engage un dialogue intérieur secret; le secret de sa jeunesse, sans doute. Quand on réfléchit bien, sir Alex Ferguson n'a que vingt cinq ans. 



Codec H264, Mkv
Bitrate 1000
Sound 128 kbps
French Comments
Pass : twb22.blogspot.com
Full Game


http://rapidshare.com/files/2529054327/Prem.Lgue.2011.2012.Ars.Utd.twb22.blogspot.com.part1.rar

Caps




3 comments:

  1. Merci par contre il y à un problème de synchro vidéo/audio

    ReplyDelete
  2. oui merde j'ai oublié de recaler... facile a faire, vlc le fait je crois ou passer le fichier un coup de mkvmerge (options sons mettre - x secondes dans une case appropriée, ca prends une minute ou deux)

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED