Tuesday, July 5, 2011

Copa America 1999 Brasil Uruguay

Final 
18 July 1999
Estadio Defensores del Chaco,
Asuncion
Attendance : 40 000
Referee: M. Ruiz (Colombie)


 Excédés par les cadences internationales, les multiplications de compétitions, les saisons trop longues (à quand une uniformisation des calendriers?), de nombreux joueurs sud-américains exilés en Europe ont décliné l'invitation, avec l'accord de leur Fédération. L'Argentine (Batistuta, Veron, Sensini, Claudio Lopez, Crespo) est la plus touchée. Certains, comme l'Uruguay (Fonseca, Montero, Recoba...) ou le Brésil ont choisi de profiter de ce tournoi pour relancer certains joueurs (Ronaldo?) et donner un peu d'expérience internationale à quelques espoirs, habituellement barrés par les stars internationales. D'autres, encore, n'ont que faire de tout cela. Fierté nationale en bandoulière, Paraguay ou Chili n'ont qu'un but avoué: la gagne! "Basta!» José Luis Chilavert a clamé haut et fort son mécontentement. Convaincu d'une forte présence "Oviediste" au sein de sa Fédération, le gardien-buteur du pays hôte, sous le coup d'une suspension de treize mois décrétée par les tribunaux de la federation argentine, a préféré renoncer et choisi de vivre «son» tournoi à travers une chronique hebdomadaire dans le Noticias, un quotidien national. «Basta!» Un mot d'ordre repris par Carlos Roa, un autre gardien mondialiste. Fatigué du mercantilisme en vigueur dans le football mondial, l'ex portier argentin du Real Mallorca, membre de l'Eglise évangéliste du septième jour a opté définitivement pour une autre voie, une autre foi dispensée par le Tout-Puissant... Vitres et capots dégueulant de drapeaux tricolores, en cette fin juin, le peuple paraguayen a d'autres convictions, d'autres envies. Aux cris de «Forza albirroja», il souhaite pousser les siens pour la troisième fois sur le toit du continent, sous l'œil bienveillant d'un omniprésent géant rouge appelé Coca, (celui qui fait pschit!).

Hector Carini joue les récidivistes. La main  ferme, il parade sur la frappe d'Aroz Bahamonde et propose aux «Charruas» une vingtième finale de Copa America. Face à eux, l'ogre brésilien, vainqueur serein du Mexique (2-0), se dresse déjà. Mais le petit Pua n'a pas peur. Le Don Quichotte sud-américain, directeur d'une école de foot de rues au pays, conscient des limites de son groupe, part affronter les terrifiants moulins brésiliens avec des cure-dents et le cœur léger, heureux du parcours accompli. La réponse est cinglante et brillante. Réconforté par Suzy Fleury, l'indispensable psy de la Seleçao et sa voix lactée, Rivaldo assume pleinement son statut de 'Meilleur joueur' du monde. Tète lobée, pichenette pied gauche, ouverture plat du pied..., à coup de frappes millimétrées et d'éclairs de génie, il inscrit deux buts, en offre un troisième à Ronaldo et dépose son équipe sur la plus haute marche du podium continental pour la sixième fois de son histoire. En cette soirée du 18 juillet qui s'achève, les joueurs au maillot or sont les nouveaux rois des Amériques, maîtres incontestés d'un continent où ils viennent d'enchaîner leur dix-neuvième match de Copa sans défaite (16 victoires, 3 nuls), leur neuvième succès consécutif, leur deuxième titre aussi. Et puis, 3-0, c'est un joli score pour une finale. Alors, sous les dernières mesures d'un 'We are thé champions of thé world' un peu inadapté, qui fait du bien au moral, les étoiles brésiliennes s'en vont lentement. Déjà, dans les lueurs des feux d'artifice qui déclinent, Colombie 2001 s'annonce, avec, dans son sillage, un nouveau message de paix et d'unité. Pour dire, une fois encore, Basta! à la violence et à la drogue, aux corrupteurs et dictateurs.

Buts: Rivaldo (20'et 27'} et Ronaldo (48')
Avertissements: FlavioConœicao(l6') et Joao Carlos (25') au Brésil; Callejas(14'), Vespa(20') et Guigou (87') à l'Uruguay
BRESIL: Dida - Cafu, Antonio Carlos, Joao Carlos, Roberto Carlos - Flavio Conceiçao. Emerson, Ze Roberto, Rivaldo -Ronaldo, Amoroso. Entr.: Luxemburgo.
URUGUAY: Carini - Picun, Fleurquin, Lembo, Del Campo -Vespa (Pacheco D'Agosti, 46e), Callejas. Coelho (Alvez Fernandez, 53"), Magallanes - Zalayeta, Sergara (Guigou, 73e). Entr.: Pua.




Codec H264, Mkv
Bitrate 1200
Sound 128 kbps
Pass : twb22.blogspot.com
Full Game


First Half
http://www.megaupload.com/?d=GQ7LUOOV
Second Half
http://www.megaupload.com/?d=2E6GD5SO





  
Caps


No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED