Monday, July 18, 2011

Copa America 1997 Brasil Bolivia

Final
29 june 1997
Estadio Hernando Siles,
La Paz

Attendance : 46 000
Referee :  Jorge Nieves


La Bolivie accueille, du 11 au 29 juin, la Copa America, Championnat d'Amérique du Sud des nations. Une épreuve qui risque d'être tronquée par l'absence de la plupart des internationaux sud-américains évoluant en Europe. Seuls, Brésiliens, en provenance du Tournoi de France, et Boliviens, en tant qu'organisateurs, aligneront leurs joueurs vedettes. Il y a dix ans, la Conmebol, Confédération sud-américaine, prenait la décision de relancer la plus vieille Coupe internationale de football encore vivante, la Copa America, II faut dire que cette dame, alors âgée de soixante-dix ans, avait beaucoup perdu de sa fraîcheur. Elle se déroulait sur plusieurs mois, dans différents pays, et dans l'indifférence générale.
En décidant de revenir à la bonne vieille formule, avec une phase finale sur une vingtaine de jours dans un seul pays, la Copa America n'a pas tardé à retrouver ses couleurs. Organisée pour la première fois dans sa nouvelle formule en Argentine, en 1987, elle rencontra aussitôt un vif succès, révélant au passage une jeune équipe colombienne emmenée par Carlos Valderrama qui allait atterrir quelques mois plus tard à Montpellier. Devant ce succès, la Conmebol décida de programmer sa Copa America tous les deux ans (les années impaires), à tour de rôle dans chacun des dix pays sud-américains, La Copa s'est ainsi déroulée, depuis, au Brésil, au Chili, en Equateur et en Uruguay, toujours avec une grande réussite populaire et financière. C'est maintenant au tour de la Bolivie de recevoir la 38'' édition de la Copa America, sixième de la nouvelle formule, avant de transmettre le relais, en 1999, au Paraguay. Une Copa qui se joue à douze depuis 1993, puisque la Conmebol invite désormais à chaque édition deux pays de la Concacaf, la Confédération d'Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes. Les Etats-Unis ayant déclaré forfait cette année, pour cause de calendrier surchargé, c'est le Costa Rica qui accompagne le Mexique. Cette Copa America revue et corrigée est, on l'a dit, un beau succès commercial. Les droits de retransmission se vendent très bien (sauf en France, hélas !), les stades font souvent le plein, et la Conmebol s'y retrouve très largement Cette année, pourtant, la situation est un peu moins brillante. Les éliminatoires de la Coupe du monde, qui habituellement ne bloquaient que deux mois tous les quatre ans en Amérique du Sud, s'étendent cette fois sur dix-sept mois. Confrontés à un programme d'enfer, avec seize rencontres éliminatoires chacun, les pays sud-américains ont été obligés de faire des choix. Et ils ont tous choisi, bien sûr, de donner la priorité au Mondial, d'autant que les éliminatoires restent toujours très serrées, n'envoyant que des équipes B à la dopa America. Conséquence : pour avoir été trop gourmande, la Conmebol a bien du mal à vendre cette année sa Copa America, au grand regret des Boliviens qui ont beaucoup dépensé (60 millions de francs environ) dans la rénovation de leurs stades. A titre d'exemple, à dix jours du coup d'envoi, seuls 171 abonnements avaient été vendus pour les quatre matches programmés à Cochabamba, dont le stade, le Felix-Capriles, peut désormais accueillir jusqu'à 35 000 spectateurs, Et les ventes sont tout aussi décevantes dans les cinq autres villes désignées.
Pour expliquer ce manque d'intérêt du public bolivien, plusieurs arguments sont avancés. A commencer par les médiocres prestations de la Bolivie en Coupe du monde. Certes, l'équi]M' entraînée par l'Espagnol Antonio Lopez a battu l'Argentine, il y a deux mois, à La Paz. Mais ses chances d'aller en France sont néanmoins très minces. La Bolivie partage actuellement la quatrième place éliminatoire avec l'Equateur, le Pérou et l'Uruguay. Mais sur les sept matches qui lui restent à jouer, six se dérouleront à l'extérieur. Contrairement à ce qui s'était passé pour les éliminatoires de la World Cup 94, la Bolivie n'a pas su, cette fois, faire la différence dans son antre de La Paz, à lî 600 mètres d'altitude. Du coup, les Boliviens n'y croient plus et ne se ruent pas aux guichets des stades... La deuxième explication de la désaffection des Boliviens pour cette Copa America est bien sûr l'absence des grandes vedettes sud-américaines. La plupart des pays ont préféré laisser au repos leurs meilleurs internationaux, afin de les préserver en vue des prochains chocs de Coupe du monde. Ainsi, l'Argentine, par exemple, sera privée de Diego Simeone (Atletico Madrid), Hernan Crespo et Roberto Sensini (Parme), Gabriel Batistuta (Fiorentina), Javier Zanetti (Inter Milan), Matias AJmeyda (Séville) ou Ariel Ortega (Valence), pour ne citer que quelques cas. L'Uruguay se passera d'Enzo Francescoli (River Plate), Dario Silva et Fabian O'Neill (Cagliari), Paulo Montero (Juventus) ou Gustavo Mendez (Vicence). Et les autres pays ont adopté des choix similaires, y compris les plus modestes comme le Pérou, l'Equateur ou le Venezuela. Seuls la Bolivie, pour des raisons évidentes, et le Brésil ont décidé d'aligner toutes leurs vedettes. Le cas du Brésil est certes un peu particulier. Mario Zagallo, le sélectionneur, estime en effet que ses joueurs, qualifiés d'office pour le Mondial 98, manquent singulièrement de compétition. H voit donc dans cette Copa America, tout comme dans le Tournoi de France, l'occasion d'y remédier et d'échapper à la routine des matches amicaux sans enjeu. Un raisonnement qui l'a poussé à aligner en Bolivie les mêmes joueurs que l'on a pu admirer ces jours-ci en France. Et qui devrait permettre aux organisateurs de cette Copa America de sauver, au moins partiellement, une épreuve sérieusement diminuée.
Troisième et dernier problème qui pourrai! nuire au succès de cette 381' Copa America, les incertitudes qui pèseront jusqu'au bout sur son calendrier. C'est bien connu, aucun joueur n'aime aller disputer un match à 3 600 mètres d'altitude. En 1963, l'Uruguay n'avait pas hésité à boycotter la seule Copa America programmée jusqu'à cette année à La Paz. Il y a dix-huit mois, à Paris, sept pays sud-américains avaient annoncé qu'ils n'iraient plus à La Paz pour disputer des matches de Coupe du monde. Une décision prise à la suite de la publication d'un rapport de la commission médicale de la FIFA, qui déconseillait déjouer en altitude sans une longue acclimatation préalable. L'intervention à l'époque de Jacques Chirac, pour défendre ses « amis » boliviens, avait évité in extremis ce boycott. Mais cela n'a pas entamé la détermination d'un certain nombre de pays sud-américains. Ils ont même réussi, en avril dernier, à imposer une modification du calendrier de la Copa America Ainsi, la demi-finale prévue à La Paz, de même que la finale de l'épreuve, se dérouleront dans d'autres villes (respectivement Cochabamba et Santa Cruz), si la Bolivie ne se qualifie pas. Une décision qui a provoqué un coup de colère terrible à La Paz, où tous les membres du comité local d'organisation ont démissionné le mois dernier, Et, bien entendu, cette mesure n'a guère contribué à relancer la vente des billets, les spectateurs ne sachant pas dans quelle ville vont se dérouler les deux matches les plus importants de l'épreuve. Bref, les arguments ne manquent pas pour affirmer que cette Copa America bolivienne ne restera pas dans les annales. Heureusement, le grand Brésil sera là pour faire oublier tout le reste. Ce sera une belle occasion de voir les champions du monde en titre disputer l'une de leurs dernières compétitions officielles avant le grand rendez-vous de juin 1998. Mais au-delà du Brésil, de nombreuxjeunes, souvent inconnus, tenteront tout pour faire oublier les stars absentes et, qui sait, prendre un billet pour la France. L'occasion pour les recruteurs et pour les grands clubs européens d'assister à quelques révélations intéressantes et de découvrir, qui sait, la perle rare. Comme un certain Valderrama, il y a dix ans déjà.

Codec H264, Mkv
Bitrate 1300
Sound 128 kbps
Spanish Comments
Pass :
twb22.blogspot.com



Caps






2 comments:

  1. Salut, mon pote. J'ai deux questions a poser:
    (1)Est-ce que t'as le match Bresil x Uruguay pour la finale de la Copa America'89. J'ai juste un video avec 30 minutes. (2)Dans la meme edition, j'ai Bresil x Argentine et Bresil x Paraguay. Si tu veux je peux faire deux 'posts' avec ces deux matches la.

    ReplyDelete
  2. Ah les 89 je les avais ounlié ceux là (cause groupes, pas de finales) Je sais que je vais mettre les matchs de le Colombie (le dernier match decisif) . Ok vas y merci.
    N'oublies pas de mettre un bouton twitter sur ton site!! c'est extremement utile et sympa.
    Ok a toute.

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED