Tuesday, June 21, 2011

Friendly 1981 Brasil Irleland

23 September 1981
Estádio Estádio Rei Pelé, Maceió
Referee Oscar Scolfaro

 Troisième qualifié pour le Mundial 82 : le Brésil. Après l'Espagne, pays organisateur, et l'Argentine, détentrice du trophée. Premiers qualifiés après éliminatoires, les porteurs du scintillant et légendaire maillot or et vert n'ont pas eu beaucoup de mal pour vaincre, à deux reprises, et la Bolivie et le Venezuela : 2-1 et 3-1 contre la première, 1 -0 et 5 -0 contre le second. Bolivie et Venezuela sont à l'Amérique du Sud, il est vrai, ce que le Luxembourg et la Norvège sont à l'Europe. Il a néanmoins fallu quelques penalties pour que Zico et ses amis parviennent à perforer les défenses super-renforcées qui leur étaient opposées.
Voilà en tout cas une bonne chose de faite : pour la douzième fois consécutive, les Brésiliens participeront à une phase finale de Coupe du Monde. Record absolu. Mais une chose est de se qualifier dans un groupe aussi facile que celui du Brésil, une autre est de se préparer valablement pour le festin final. Et le géant brésilien, poussé par son armada de supporters et de journalistes fanatisés, a faim. Faim d'un quatrième titre, faim d'une quatrième é toile à broder au de ssus de son écusson. 

 Et depuis que Télé Santana a pris les choses en main, on envisage très sérieusement la question. En quelques matches, le successeur de Claudio Coutinho est devenu le meilleur ami de ceux qui ne doutaient pas un instant de son éviction prochaine. Au mois de juin, Télé n'avait pas obtenu de bons résultats. « C'est un entraîneur de club, disait-on de lui, il n'a pas la dimension internationale, il est très bon... pour entraîner les juniors. » Six mois plus tard, c'est un concert unanime de louanges. Télé n'a modifié ni sa tactique.ni les joueurs qui ont sa confiance, mais a réussi quelques bonnes performances. Cela suffit. L'art de retourner sa veste est un art universel. L'Europe reste cependant le grand complexe du Brésil. En football comme en culture, comme en politique. Non un complexe d'infériorité, mais une sorte de complexe de différence, qui fait des plus doués footballeurs de la planète des joueurs parfois peu sûrs d'eux-mêmes. Voilà pourquoi les Brésiliens, traditionnellement, effectuent un tour d'Europe un an avant la Coupe du Monde. A quelques éléments près, Télé Santana emmènera avec lui ces nouveaux joueurs qui ont enthousiasmé Montevideo en janvier dernier. Une équipe allègre, enthousiaste et spontanée qui ne rappellera que de loin l'équipe défensive, calculatrice et mesquine qu'avait mise sur pied le capitaine Coutinho en vue du Mundial argentin. Une équipe où subsistent encore par intermittence, Oscar, Edinho, To-ninho Cerezo, Reinaldo et Zico. Un Zico qui brûle de montrer enfin sa valeur au plus haut niveau. Contacté par Milan A.C., l'enfant chéri de Rio restera finalement au Brésil jusqu'à la Coupe du Monde : grâce à une souscription nationale (près de 700 millions de centimes annuels) et à l'intervention du président de la République. Il manquera Batista, victime d'une fracture du tibia : six mois d'absence forcée pour le milieu de terrain défen-sif de l'Intemacional de Porto Alegre. Il manquera Falcâo, que l'A.S. Roma ne consentira pas à libérer. Télé profitera d'ailleurs peut-être de cette tournée pour procéder à quelques essais, mais il ne faut tout de même pas s'attendre à de grosses surprises : « Des jeunes peuvent se révéler d'ici l'Espagne, déclarait récemment Santana. Je leur donnerai leur chance. Cette politique commencera avec notre voyage en Europe et se poursuivra jusqu'en 1982. J'espère, en effet, confronter ma sélection avec des équipes fortes comme l'Argentine et l'Uruguay. »

 Une luxation du coude de Carlos, le gardien de Ponte Prêta, aura un moment propulsé le prédicateur baptiste Joâo Leite dans les buts de la sélection brésilienne (au fond desquels il prend toujours soin de déposer une bible porte-bonheur). Mais le dernier rempart de l'Atletico Mineiro a commis quelques bévues et c'est finalement Valdir Ferez de Sâo Paulo F.C., que Télé Santana a retenu pour les éliminatoires. Il est cependant probable que Carlos récupérera son poste de titulaire. Quant à Leâo, qui joue actuellement au Gremio de Porto Alegre, il retrouvera sa place... à condition de se montrer le meilleur. C'est du moins ce que déclare Télé, pour couper court à tout commentaire sur les rapports tendus entre Leâo et la C.B.F. Le Mundialito aura eu le mérite de révéler trois défenseurs dont les adversaires du Brésil devront se méfier. A droite, le petit Edevaldo, vingt-trois ans, rappelle le prestigieux Djalrna Santos. Pour son efficacité défensive, certes, mais surtout pour son instinct offensif : montées le (suite de la p. 39) long de la ligne de touche, ponctuées de tirs redoutables. Rapide et d'une promptitude semblable à celle d'un félin, l'arrière latéral de Flu s'impose indiscutablement à la place d'un Nelinho qui n'avait guère plus pour lui que sa force de frappe. A gauche, et lui aussi hanté du démon de l'offensive, Leovigildo Gama, alias Junior. International olympique en 1976, Junior n'est paî un inconnu pour ceux qui suivent de près le football brésilien. Bientôt vingt-sept ans, champion du Brésil Tan dernier avec Flamengo, Junior a dû patienter avant de connaître les joies et les misères de la sélection. Mais aujourd'hui, les spécialistes en font le défenseur nn 1 du Brésil pour sa grande virtuosité technique, son efficacité dans la conquête du ballon, sa constante mobilité et sa propension à se muer en milieu de terrain supplémentaire. 
 
 Toujours prêt à appuyer un partenaire, toujours là en embuscade pour tirer au but, ce Junior. Et d'une correction exemplaire! De ce point de vue, l'arrière central Luizinho est mieux qu'un exemple : un modèle. Il faut voir avec quelle délicatesse ce longiligne athlète de vingt-deux ans substilise la balle dans les pieds des attaquants les plus fougueux. Peut-être se risquera-t-il, c'est vrai, à commettre une obstruction en cas d'extrême limite : personne n'est parfait. Mais son élégance, sa fausse lenteur, son intelligence dans le placement, font du défenseur central de l'Atletico Mineiro (vice-champion du Brésil Tan passé), le successeur désigné d'Amaral, qui éprouve toutes les peines du monde à retrouver sa forme de 1978.
Voilà en tout cas, trois défenseurs qui feront parler d'eux en Espagne. C'est peut-être un signe des mauvais temps actuels d'avoir à chercher les nouveaux « cracks » brésiliens dans le secteur défensif, mais on peut toujours se consoler en admirant leur sens inné du but adverse, leur vertuosité et leur ingéniosité dans la contre-attaque. Sautons le milieu de terrain, où aucune révélation ne s'est manifestée depuis 1978 pour absorber le délicat problème de l'attaque, un secteur où l'on peut moins se montrer dithyrambique : tant sur Je plan tactique que sur celui des individus.

Tita, l'ailier droit, joue à Flamengo. De temps à autre, Télé Santana fait appel à lui. C'est une sorte de onzième homme et demi, ni tout à fait titulaire, ni tout à fait remplaçant. Le problème, avec cet attaquant de vingt-trois ans, c'est ce poste de faux ailier qui entretient l'ambiguïté et empêche l'équipe du Brésil de se montrer résolument offensive. Dommage, car Tita n'est pas non plus un véritable milieu de terrain : sa vision du jeu manque d'imagination, son sens créateur est limité. Pourtant, Tita révèle de solides qualités dans l'opportunisme et l'abattage. Pour le docteur Brasileiro de Souza Sampajo de Oliveira, plus connu sous le nom de Socratès, l'ambiguïté également demeure : le capitaine de la sélection brésilienne est-il un avant-centre ou un milieu de terrain? Dans une équipe européenne, Socratès aurait du mal à trouver sa place. Non en raison de sa technique, car cet inélégant filiforme a des dribbles étonnants, style râteaux et passements de jambes, à la manière de notre Bossis national. Mais l'homme de confiance de Télé Santana occupe en réalité une fonction de deuxième avant-centre qui n'est guère de mise en Europe. Au Brésil, on nomme un tel joueur « armador », l'homme de la dernière passe, celui qui fait don de la balle au buteur, le « ponta de lança ». C'est pourtant ce rôle de buteur qu'il occupe dans son club, les Corinthians de Sâo Paulo. En somme, Socratès et Zico font un peu double emploi : ni vraiment avants-centres, ni vraiment milieux de terrain, ni l'un ni l'autre. Mais Télé Santana ne saurait se passer des deux plus grandes stars du football brésilien actuel. D'autant que le docteur Socratès, qui a su réellement mener de front ses études de médecine et la pratique professionnelle du football, aura vingt-six ans au mois d'août prochain : son éducation, sa formation intellectuelle et sa maturité en font un capitaine tout désigné pour conduire ses partenaires sur le chemin d'un quatrième titre. De temps en temps, Serginho fait office d'avant-centre. Mais le manque de vivacité du n" 9 de Sâo Paulo le condamne à un rôle de « joker » : on mise surtout, hélas, sur sa haute taille et son jeu de tête.
Pas d'ambiguïté en revanche pour Zé Sergio : l'ailier gauche de Sâo Paulo Futebol Club est un spécialiste du débordement. Enfin ! Dans la lignée de Garrincha, ce droitier déplacé s'ingénie à en faire voir de toutes les couleurs à son adversaire direct, avant de placer une accélération aussi foudroyante qu'irrésistible. Virtuose du dribble, bien planté sur des jambes puissantes, le neveu de Rivelino est sans conteste l'attaquant le plus incisif que le Brésil ait produit depuis Jaïrzinho et consorts. Zé Sergio, qui n'a que vingt-quatre ans, peut encore progresser.

Edeveldo, Junior, Luizinho, Socratès, Zé Sergio : un quintette bossa-nova pour une musique pleine d'allégresse, de joie de vivre, de créer, de marquer des buts. Derrière lui, on aperçoit la tête toujours souriante du défenseur Getulio (vingt-sept ans), celle de Re-nato (vingt-quatre ans), qu'on prendrait volontiers pour Zico, ou bien encore Eder (vingt-quatre ans) dont la puissance peut parfois réussir quand échoue la virtuosité de Zé Sergio. Ce sont les nouveaux du banc de touche. Tous les jeunes « cracks » attestent qu'au pays du football-roi, le renouvellement des grands joueurs s'effectue dans une sorte de génération spontanée et permanente. Encore faut-il savoir les stimuler. Et comment le stimuler mieux qu'en faisant pratiquer à l'équipe nationale un football libéré et joyeux. En un mot : offensif. Malheureusement, après la triomphale Coupe du Monde 1970, le football brésilien est entré dans une phase de régression qui a duré dix ans, dix ans de deuil marqués par le retrait du roi Pelé. On efface pas d'un coup dix ans de traumatisme. Il semble pourtant qu'avec Télé Santana et ses nouveaux champions, le Brésil tente aujourd'hui de retrouver ses racines. Avec quelques lacunes, certes, dont l'absence d'ailier droit véritable est sans doute la plus criante. D'autre part, le « tecnico » de la sélection est plutôt favorable aux joueurs polyvalents. Mais en pratiquant l'offensive, un nouveau Garrincha ne manquera pas de naître, qui indiquera, dès lors, la voie d'un quatrième titre de champion du monde. Tous les Brésiliens sont d'accord là-dessus : il faudrait que ce prodige se révèle avant 1982.. Le temps presse !

Codec H264, Mkv
Bitrate 1300
Sound 128 kbps
English Comments
Pass :
twb22.blogspot.com

 Caps










19 comments:

  1. Twb22 hello!
    Thank you very much, but you made a mistake ... May 27, 1982 Brazil won Ireland 7-0... And this match on September 23, 1981. Account of this match 6-0 and scored 4 goals Zico:

    http://nsa19.casimages.com/img/2011/06/21/110621122912139241.jpg

    http://nsa19.casimages.com/img/2011/06/20/110620115705109977.jpg

    Here is a complete match statistics:
    http://www.rsssfbrasil.com/sel/brazil198081.htm

    Thanks again!

    ReplyDelete
  2. ooops corrected (couldn't find that reference thanks

    ReplyDelete
  3. Hi boys!... The best Brazil all time (for me). A shame dont play Falcao... One question (all respect for Tele): Zico could play of center-forward in WC'82?

    ReplyDelete
  4. Hello again, je je je. This not the post of Ajax, but the last days i remember 2 games really beautiful... Feyenoord 2 - Ajax 4 (1995) and Feyenoord 0 - Ajax 5 (one week before the Final with Milan in Vienna). You see that games ?... Greating from Mexico (i see France 3 - Argertina 0), great team of France!

    ReplyDelete
  5. Muchas gracias por el aporte y un saludo

    ReplyDelete
  6. Merci!
    Excusez-moi, pouvez-vous me dire qui a gagné la suivant Coupe du Monde en Espagne 1982? Désolé, mais j'ai une légère amnésie.

    Beppe :-P

    ReplyDelete
  7. Hi, Jose!
    Surprisingly, Falcao took no further part in WC-78! While he was at that time the best! Player of the Year in Brazil - Bola de Ouro (in 1978 and 1979), as well as a silver ball of Brazil - Bola de Prata 1975, 1978, 1979! Who knows what would have happened if...
    http://nsa19.casimages.com/img/2011/06/21/110621124725601169.jpg

    On WC-82 in Brazil was a center-forward Serzhinho... but the best they have played without him ... maybe he went over the goalkeeper vacancy would be better (just kidding) :)) Surprisingly, the tip was then to choose from! ! Roberto Dynamite, Nunes, Dirceu, Reinaldo, Careca ... Ah! Ah! What names!

    ReplyDelete
  8. Beppe,
    on the weekend I will take the anesthesia (brandy or whiskey), and re-look great match WC-82 Italy-Brazil ... maybe even in this time (after anesthesia), the brazilians will be able to stop by Paolo Rossi :))

    ReplyDelete
  9. Beppe..... What a surprise....

    ReplyDelete
  10. Hi Rush!... Yeah, great names. The critics always say about Careca that him play like a german (stronger, suppose)... In one-one vs defenders, Careca are brillant.

    ReplyDelete
  11. Rush, great match Italy-Brazil 3-2. After canceling Maradona, Claudio Gentile did the same with Zico... :-P

    Beppe

    ReplyDelete
    Replies
    1. How did he cancel Zico, when he made him look like an idiot to assist Socrates' goal??
      https://www.youtube.com/watch?v=Ck6swtUa1Ok

      Delete
  12. hi Beppe :-)
    I remember how he did it:
    http://uppix.net/3/0/2/1bd1cd6b2291c8d88969bac452b41.jpg
    http://uppix.net/8/f/4/454fc0361850d03fbedd20930bcc4.jpg
    http://uppix.net/9/b/b/af47fe46ecf0515bf3c16bf83ea5c.jpg
    http://uppix.net/3/e/6/acf4525e2ea9a10d3e9b6a3c6e6ea.jpg
    http://uppix.net/e/8/b/afab9a31dc46314b693a2bc5bd0ff.jpg
    http://uppix.net/e/0/7/29095d6143e7d6baf2530d658b082.jpg
    http://uppix.net/a/7/9/2863dcc25d11c113f6cdff15f129c.jpg
    http://uppix.net/0/0/e/258762ce8e1b45345a9eafe37033a.jpg

    ReplyDelete
  13. Gentile is the best on defense.

    ReplyDelete
  14. Always Italy-Brazil 3-2...
    http://www.youtube.com/watch?v=1dgwnyZVD0E

    Beppe :-)

    ReplyDelete
  15. Yes ... This game will always remember. Clash of the Titans. It's very interesting to experience again the emotions and excitement of feast of football ... I downloaded yesterday this game with the original Italian commentary by Nando Martellini: http://www.nazionaleitalianacalcio.it/engspagna82.htm
    ... and with Portuguese commentary ... And although I do not understand Italian, and also I do not understand Portuguese, but it is very interesting to hear the emotion and tone of this match! Ah, nostalgia :-))

    P.S. guess the following comments by Beppe: watch this match at least the Tungus language or any other language in the world ... while sober or under the influence of alcohol: and everything is always the same 2:3 :-)) :Laught:

    ReplyDelete
  16. Rush, nothing to add to your comment. :-)

    Download well as Italy-Argentina WC 1982... at some point you will see a rare foul of Scirea on Maradona. :-)

    Beppe

    ReplyDelete
  17. Beppe :-)
    here my scan pictures in this topic:

    http://nsa27.casimages.com/img/2011/07/05/110705121737839104.jpg

    http://nsa27.casimages.com/img/2011/07/05/110705121819500901.jpg

    ReplyDelete
  18. Fine scan pictures... Today is the anniversary of Italy-Brazil in 1982, which it was played July 5, 1982. :-)

    Beppe

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED