Tuesday, October 18, 2011

Primera Division 2001 2002 Valencia Real Madrid Debut Zinedine Zidane

Jornada 1
25 Agosto 2001
Estadio de Mestalla,
Valencia

Referee López Nieto

 Ruisselant de sueur, indifférent au tumulte qui règne sur la pelouse du stade Juan Antonio Samaranche de Vidy, Loïc Chavériat a du mal à cacher sa déception. L'ex-Stéphanois qui a signé cette saison à Lausanne-Sports, n'a pu récupérer le premier maillot de Zidane, comme il se l'était pourtant promis avant ce match amical exceptionnel face aux stars du Real . Traquée par la meute hystérique de ses fans, la nouvelle étoile madrilène a rapidement rejoint le Grand Frère , surnom donné par les joueurs à leur autobus ultramoderne. Direction, le Beau Rivage, un hôtel cossu de Nyon sur les bords du lac Léman, où le club espagnol a pris ses quartiers d'été pour la neuvième année d'affilée. Trois heures plus tôt, dans les tribunes bondées et surchauffées, le numéro 5 merengue était déjà au cœur de toutes les discussions. «Pourquoi n'est-il pas venu reconnaître la pelouse?» «Va-t-il jouer au moins?» «Tu as vu, il s'échauffe avec Raul!» «Regarde comme il combine facilement avec Figo.» «Oh! la la!, s'il marque sur ce retourné..." Le match en lui-même n'est qu'anecdotique. La victoire madrilène (2-1, buts de Raul et Guti pour le Real et Kuzba pour Lausanne) l'est tout autant. 

 La star de la soirée, c'est Zidane et personne d'autre. Depuis le 9 juillet, le double champion du monde et d'Europe est devenu, à 29 ans, le joueur le plus cher de tous les temps. 500 millions de francs! Le prix d'un Airbus A321. Six mille personnes et cent quarante-neuf journalistes se sont précipités pour admirer le phénomène et lui soutirer un autographe ou une confidence, à l'issue de ses premiers pas sous son nouveau maillot. Ses débuts sont d'ailleurs fidèles à son image: discrets eî altruistes. Durant sa seule mi-temps, la première, il touche vingt-neuf ballons, n'en perd que quatre et en récupère trois. Il joue simple et collectif. Ses partenaires apprécient. Je manquais un peu de rythme, analysera-t-il. Mais j'ai eu de bonnes sensations.» Depuis son retour de vacances, le Français se remet doucement de ses émotions. Il lui faut digérer son départ précipité de la Juventus et son intersaison agitée entre Tahiti, Madrid et Moscou (où il a défendu en vain la candidature de Paris aux jeux Olympiques]. A Nyon, enfin, il a retrouvé son élément, le ballon. Détendu mais concentré. le Français a énormément misé sur ce stage pour s'intégrer e plus rapidement possible.  C'est à moi d'être bon sur le terrain, explique-t-il. Alors, je bosses.

Piloté par Makélélé, comme il l'avait été par Deschamps à son arrivée à Turin, Zidane s'est fait tout petit . J'arrive sur la pointe des pieds et c'est à moi de m'adapter. Se taire et observer, telle est sa devise. Par exemple, il a accepté sans rechigner de prendre le numéro 5, laissé vacant par Sanchis. Cette humilité plaît à Butragueno, ancienne gloire du club. Néanmoins, c'est sur les pelouses du centre sportif du Colovray, à deux pas du siège de l'UEFA, que le Français gagne le respect. Le public, toujours plus nombreux et passionné, ne s'y trompe pas. Le groupe madrilène impressionne par sa richesse et sa maîtrise technique. Zidane ne dépareille pas. Dès les premières oppositions, sa complicité avec Roberto Carlos fait déjà frémir la moustache de Vicente Del Bosque, l'entraîneur. Le plaisir est réciproque. Après cinq années de rigueur italienne et de football défensif, l'ex Turinois rêve de grandes envolées, de fantaisie et de buts. -C'est comme ça que j'ai toujours imaginé le foot espagnol», affirme-t-il. Virtuosité technique, coup d'œil, génie des intervalles, le meneur de jeu des Bleus dispose en tout cas de tous les atouts pour conquérir la Liga. Reste à atteindre son eldorado: remporter enfin une Champions League. «Je suis là pour tout gagner, corrige-t-il, mais j'ai déjà perdu deux finales avec la Juventus. Si je suis venu, c'est aussi parce que le Real peut me permettre de réaliser ce rêve.» Même s'il manquera les quatre premiers rendez-vous de la campagne européenne, suspension oblige, cette quête l'obsède déjà. En cette année de Coupe du monde, le nouveau conquistador du Real est à un tournant de sa carrière. Le plus excitant sans doute, mais aussi le plus difficile.

Goal :    1-0, Angulo (7')
Valencia CF, SAD (R. Benítez) Cañizares - Curro Torres, Ayala, Djukic, Carboni - Angulo (Rufete, 84'),  Albelda, De los Santos, Vicente - Aimar (Ilie, 76'), Carew (Salva, 64')
Real Madrid CF (V. Del Bosque) Casillas - Míchel Salgado (Geremi, 69'), Hierro, Karanka, Roberto Carlos,  Makelele, Flavio Conceição (Savio, 69') - Figo, Zidane, Raúl -  Morientes (Guti, 60').

Codec H264, Mkv
Bitrate 1000
Sound 128 kbps
French Comments
Pass :
http://twb22.blogspot.com
Full Game

First Half
http://www.megaupload.com/?d=65VO0RLL

Second Half
http://www.megaupload.com/?d=MHL4LLBC


Cinq cent millions de francs d'indemnité, 48 MF Je salaire annuel net sur quatre ans (plus une année optionnelle), comment un club endetté à hauteur de 1,8 milliard de francs, a-t-il pu s'aligner sur de tels chiffres? «Rien de plus simple, assène le président du Real Florentine Perez. Ce transfert se rentabilisera de lui-même.» Le club madrilène s'est empressé de renégocier à la hausse tous les contrats commerciaux en cours (droits de télévision et équipementier). «Au niveau du merchandising, par exemple, nous récupérons désormais 50% du prix de chaque maillot, contre 10% avant.» En fin d'année, cinq cent mille tuniques Roquées au nom de Zidane, qui a aussi cédé une (petite) partie de ses droits à l'image, seront vendus. Les matches de gala constituent également une source substantielle de recettes. En disputant le 4 août une rencontre amicale au Caire, face au club égyptien d'Aï Ahly, le Real aura empoché plus de 11 MF. En outre, les dirigeants sont en train de monnayer au prix fort le futur sponsor maillot. Un emplacement hors de prix en cette année du centenaire. Le coup de maître de Florentine Ferez reste néanmoins la mise en vente de la Gudad Deportiva. Situé colle Castellana, un quartier huppé de la capitale espagnole, le camp d'entraînement du Real était pourtant édifié sur une zone classée inconstructible. Ses appuis politiques ont levé tous les obstacles à la vente du terrain. Près de trois milliards de francs vont ainsi tomber dans les caisses du club. Perez vient d'ailleurs d'annoncer que la dette astronomique du club serait définitivement effacée en 2002.
















Caps












6 comments:

  1. problem with links

    ReplyDelete
  2. These links to match Real Madrid - Real Betis. Correct.

    ReplyDelete
  3. good links
    http://www.megaupload.com/?d=MHL4LLBC ||Lga.2001.2002.Val.Rl.twb22.blogspot.com.2Hlf.mkv
    http://www.megaupload.com/?d=65VO0RLL ||Lga.2001.2002.Val.Rl.twb22.blogspot.com.1Hlf.mkv

    ReplyDelete
  4. Sorry, is not the post correct, but... You have PSG vs Brasil of 1994 ?, when AYRTON kick off... Greating !

    ReplyDelete

NO LINKS ALLOWED