Monday, July 25, 2011

Goodbye Fabio Cannavaro : Debuts Napoli Grandi partite della Serie A : Juventus Napoli 1992 1993

  «Je cherchais Marcello Lippi pour lui annoncer la nouvelle, histoire qu'il ne l'apprenne pas par les médias. Mais impossible de l'avoir, vendredi. Il devait être sur son bateau, je ne sais où en mer ! » Et voilà comment Fabio Cannavaro a attendu le lendemain pour joindre l'entraîneur le plus important de sa carrière et lui dire qu'il arrêtait de jouer, avant de convoquer une conférence de presse, à Dubaï. Le défenseur italien n'y a peut-être pas pensé, mais la coïncidence est éclatante : Cannavaro a raccroché samedi, à trente-sept ans, ses crampons, exactement cinq ans après la finale triomphale de Berlin et le titre de champion du monde de l'Italie. Le 9 juillet 2006, notre homme soulevait le trophée au terme d'une expédition allemande incroyable en tensions, en émotions et en rebondissements. Car la victoire de la Nazionale, c'était avant tout celle d'un groupe qui avait dû se préparer dans des conditions exécrables : début du scandale Moggi, audition de plusieurs joueurs - dont Cannavaro - pour des affaires de paris, mais aussi tentative de suicide de Gianluca Pessotto, ami et ancien coéquipier à la Juve  en plein Mondial.
 Pourtant, au lieu de désintégrer le groupe de Marcello Lippi, cette succession d'événements le soudera comme jamais. A tel point que même des forfaits importants en cours de compétition n'affaiblirent pas la sélection : la blessure de Nesta ? Aucun problème pour l'Italie, qui sut garder une intraitable assise défensive. Il faut dire que, lors du Mondial allemand, jouer aux côtés de Cannavaro, c'était (pour Barzagli ou Materazzi) comme bénéficier d'un véritable pilote automatique. L'arrière central napolitain fut au sommet de son art pendant un mois : physiquement au point, Fabio Cannavaro a contrôlé sa surface avec un brio, un sang-froid et un sens de l'anticipation prodigieux. Précédant le plus souvent les intentions de l'attaquant adverse, il intervenait proprement, réduisant au minimum les risques courus par son gardien, « Gigi » Buffon. Ainsi, en sept matches, l'Italie n'encaissa que deux buts, un autogol de Zaccardû au premier tour face aux États-Unis (1-1) et un penalty de Zidane en finale à Berlin (1-1, 5 tirs au but à 4). Cet exploit en terre allemande vaudra, quelques mois plus tard, une pluie de lauriers pour Cannavaro : le Ballon d'Or France Football, le premier attribué à un défenseur de métier (ce que n'étaient ni Beckcnbauer, ni Sommer, milieux de terrain passés derrière), puis le FIFA World Player. L'Italien avait mis d'accord jurys de journalistes (FF), de joueurs et d'entraîneurs (FIFA) !

 Bien sûr, ces récompenses donnèrent lieu à un concert de critiques, en référence à des histoires fumeuses (notamment une vidéo d'avant la finale de Coupe UEFA de 1999 entre Parme et l'OM, où Cannavaro faisait semblant de se droguer), ainsi qu'au contexte sulfureux de l'année 2006, avec le scandale qui avait secoué le foot italien (le système de contrôle des arbitres par Moggi, alors directeur général de la Juve) et les polémiques de la finale du Mondial (coup de tête de Zidane à Materazzi). Fabio Cannavaro s'en était longuement expliqué dans nos colonnes, s'excusant pour la « connerie » parmesane, mais défendant bec et ongles l'aspect sportif des succès de la Juve : « Les Scudetti 2005 et 2006 nous ont été retires sur tapis vert, mais je les considérerai toujours miens, car nous avions su montrer toute notre valeur sur le terrain. La preuve : entre Français et Italiens, il y avait bien huit joueurs de la Juve sur la pelouse en finale du Mondial 2006 ! » Samedi, Cannavaro n'a pas changé d'un iota sa pensée au moment de tirer sa révérence. Et d'ajouter : « Je n'ai pas perdu ma passion. Je comptais encore jouer un an avec Al-Ahly ( le club de Dubaï qui l'avait engagé à l'été 2010 et pour lequel il va désormais œuvrer comme dirigeant, pendant au moins trois ans), mais un problème récurrent au genou m'a fait dire basta. » Le football italien perd l'un de ses derniers monuments, une référence de l'école défensive nationale (îl a défendu tant au marquage individuel qu'en zone), un compétiteur hors norme qui a su arriver au sommet malgré un gabarit « limite » (1,73 m) pour un défenseur central. « Il paraît que je n'avais pas le physique », glissa-t-il, amusé, samedi...

Né le : 13 septembre 1973 à Naples (Italie). PARCOURS : Italsider Bagnoli (1983-84), Naples (1984-1995),

Parme (1995-2002), Inter Milan (2002-2004}, Juventus Turin (2004-2006 puis 2009-10), Real Madrid (2006-2009), AI-Ahli Dubaï (2010-11). 
PALMARÈS: Coupe du mpnde 2006 : Championnat d'Eurppe Espoirs 1994 et 1996 : Coupe d'Italie 1999 et 2002 ; Supercoupe d'Italie 1999 : Championnat d'Espagne 2007 et 2008 ; Supercoupe d'Espagne 2008 ; Coupe UEFA 1999 ; Ballon d'Or 2006 France Football, World Player 2006.



Juventus Napoli  
Campionato 1992 1993
7 Marzo 1993,
22e Giornata
Stadio Communale,
Turin
Arbitro: Bettin

Juventus: 
Penizzi, Torricelli, Baggio D. (58' Marocchi), Conte , Kohler. Carrera, Mòller, Platt, Ravanelli. Baggio 1 (89' De Marchi), Di Canio, (12' Rampulla, 15' Galia, 16' Vialli) - All. Trapattoni.
 
Napoli: 
Galli G., Ferrara, Cannavaro (60' Tarantino), Crippa, Corradini, Nela. Carbone A..Thern, Careca (77' Bresciani G.), Zola, Fonseca; (12' Sansonetti, 15' Pari. 16' Mauro) - AH.: Bianchi.

Juventus Napoli 4-3 
Buts : 1-0 Paolo Di Canio (9) 2-0 David Platt (16) 2-1 Gianfranco Zola (51) 2-2 Ciro Ferrara (71) 3-2 Fabrizio Ravanelli (72) 3-3 Daniel Fonseca (80 pen) 4-3 Andreas Möller (87)

2 comments:

NO LINKS ALLOWED