Sunday, July 24, 2011

Copa America 2011 Uruguay Paraguay

Final
23 July 2001
Buenos Aires,
Monumental

Referee : M. Fagundes

 Des Centaines de Supporters uruguayens et paraguayen ont manifesté vendredi devant le Monumental. Déçus par le faible nombre de billets alloués a chaque pays finaliste, ils devront sans doute passer par le marché noir. En revanche, nulle trace de manifestations contre le triste spectacle de cette Copa America. Avant les deux derniers matches du week-end, celui pour la troisième place et la finale, la moyenne de buts (1,91) était ainsi la plus faible de l'histoire de la compétition. La faillite des grands favoris, Argentine et Brésil, éliminés en quarts de finale, n'a rien fait pour redorer l'image du tournoi, qui prouve au moins une chose : les petites  nations du continent ont fait des progrès (Pérou, Venezuela) et les prochaines qualifications pour la Coupe du monde 2014 seront extrêmement serrées. 
L'Uruguay et le Paraguay ne se soucient guère de critères esthétiques ou de commentaires flatteurs, Malgré la modestie de leur population, respectivement 3,5 et 7 millions d'habitants, les deux finalistes sont des habitués du haut niveau, continental mais aussi international. Leur style se ressemble : excellente organisation défensive, solidarité remarquable et quelques attaquants de classe pour finir le travail. Posséder deux entraîneurs reconnus et respectés aide aussi, même si, aujourd'hui, Gerardo Martino, le coacti argentin du Paraguay, sera suspendu et ne pourra donner ses consignes d'aussi près que son homologue uruguayen. Oscar Tabarez. La Céleste est cependant plus complète que son adversaire dans toutes ses lignes, plus riche en individualités aussi. Elle aborde ce duel sans absent, après deux matches très solides, face à l'Argentine (1-1, 5-4 aux tirs au but) purs au Pérou (2-0). Difficile d'en dire autant du Paraguay, passé tout près de la porte contre le Brésil (0-0, 2-0 aux tirs au but) puis te Venezuela (0-0, 5-3 aux tirs au but). 
Les Guarani vont-ils tout faire pour tenir le nul jusqu'à une troisième séance de tirs au but, domaine dans lequel leur gardien (et capitaine) Justo Villar est redoutable? "Je ne demande évidemment pas à mes joueurs de procéder ainsi », se défend Martino, privé aujourd'hui de Santa Cruz (cuisse) et Santana (suspendu) et qui reconnaît un léger avantage à l'Uruguay. La Celeste, en cas de succès, décrocherait sa quinzième Copa America, la première depuis 1995, un record absolu. L'Argentine, ce matin encore sur la même ligne que son voisin du Rio de La Plata avec quatorze titres continentaux, risque vraiment de garder un très mauvais souvenir de ce tournoi a domicile.







Uruguay : 
Musltra - M. Pereira. Lugano (cap.), Coates, M. Caceres - A. Gonzalez. Arevalo Rios, D. Ferez, A. Pereira - Fwlan, Suerez. Entraîneur : 0. Tabarez.
 
Paraguay : 

Villar (cap.) - D. Veron. Alcaraz. Da Silva, Macecos - E. Barreto ou Vera, Onigoza. River». Estigarribia - Barrios. Valdez. Entraîneur : G. Martino (ARG). 

Codec H264, Mkv
Bitrate 1000
Sound 128 kbps
French Comments
Pass :
thewildbunch22


Full Game



 First Half
http://www.megaupload.com/?d=JBK2D7YJ


Second Half
http://www.megaupload.com/?d=BGL4ZVW4

Pack Magazines Scans
Special Copa America





 L'Uruguay entre dans l'histoire du football ! En battant 3-0 en finale le Paraguay, invaincu jusque-là, la Celeste est devenue la première sélection à remporter une quinzième Copa America. Petit pied de nez, ce nouveau trophée a été conquis sur les terres du voisin, l'ennemi juré aux 14 victoires continentales, l'Argentine qui rêvait de remporter sa compétition. Au lieu de cela, elle a été éliminée en quarts de finale par... l'Uruguay (1-1, 5 tab à 4). Le quatrième de la dernière Coupe du Monde n'a pas tremblé dans cette rencontre et a construit son succès grâce à ses stars offensives Luis Suarez et Diego Forlan.

L'attaquant de Liverpool a été le détonateur de cette finale. D'entrée dans le bon tempo, sa disponibilité, ses dribbles et sa vista ont donné le tournis à toute la défense paraguayenne, en particulier Veron qui n'a rien pu faire face au talent du numéro 9 de la Celeste. Dans tous les bons coups, il a logiquement ouvert le score dans le premier quart d'heure. Bien servi dans la surface, il a éliminé son défenseur d'un petit crochet du droit enchainé par une frappe du gauche qui a heurté le deuxième poteau avant de franchir la ligne (1-0, 12e). Le quatrième but de la compétition pour le meilleur joueur de la finale. Et même le meilleur joueur du tournoi. Son compère d'attaque, Diego Forlan, a lui aussi marqué de son empreinte ce dernier match de la Copa America. Ses talents de passeur sur coups de pied arrêtés ont d'abord fait trembler l'arrière-garde paraguayenne. Mais c'est sur ses deuxième et troisième opportunités personnelles qu'il a réussi à faire la décision. Bien décalé par Rios à l'entrée de la surface, le joueur de l'Atletico Madrid a trouvé le chemin des filets d'une frappe croisée limpide du gauche (2-0, 42e). Ce même pied qui lui a offert un doublé en toute fin de match. Sur un contre, la remise de la tête de Suarez lui a permis de battre pour la deuxième fois Villar, sorti à sa rencontre (3-0, 90e). Un réel soulagement pour le buteur uruguayen qui n'avait plus marqué en sélection depuis le 10 juillet 2010, le soir du match pour la troisième place de la Coupe du Monde (défaite 3-2 face à l'Allemagne). Une éternité pour un joueur de son talent.

 Plus talentueux, les Uruguayens ont construit intelligemment leur triomphe en prenant d'entrée à la gorge une défense paraguayenne, réputée très solide, mais qui a été prise de vitesse par l'impact des joueurs d'Oscar Tabarez. Ils ont su se créer une multitude d'occasions franches. Le gardien Villar, héros de son pays lors du quart et de la demi-finale, a sorti plusieurs parades décisives mais n'a pu accomplir un nouveau miracle. Le portier de Valladolid a simplement évité aux siens une correction bien plus sévère. Même si le Paraguay s'est ressaisi après la pause et aurait pu réduire le score sur une superbe volée de Valdez qui a fini sur la transversale (54e). La logique a cependant été respectée et l'Uruguay a remporté un titre qui le fuyait depuis 1995.






















Caps 









No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED