Friday, July 1, 2011

Copa America 2011 in Argentina Opening Tonight

 Plus que quelques heures avant le coup d'envoi du match d'ouverture, Argentine-Bolivie . A Buenos Aires, les télévisions, impatientes, repassent en boucle les images des derniers jours. Du saccage du stade Monumental, accompagnant la descente de River Plate en Deuxième Division, au scandale des huit Mexicains exclus pour avoir invité des prostituées à leur hôtel. La photo officielle de l'Albiceleste a donné lieu aussi à de nombreux commentaires. Agùero a dû céder sa place à Tévez à droite de Sergio Batista, le sélectionneur. De l'autre côté. Messi bien sûr. La conférence de presse de Forlan, star sud-américaine, à la une de tous les magazines people après sa rupture sentimentale, est plus suivie que les surprenantes déclarations de Gustavo Quinteros, le sélectionneur de la Bolivie ; « Nous avons la recette pour freiner Messi et ses amis, » Le double Ballon d'Or 2009 et 2010 lui fait écho avec un propos prudent : « Je ne crois pas au miracle. Si on veut gagner, il faudra bien jouer. » Les Stars ne sontpas légion, mais le meilleur joueur du monde est là : l'Argentin Lionel Messi, 57 buts toutes compétitions confondues en 2010-2011. Tévez (Manchester City}, Di Maria et Higuain (Real Madrid) sont les autres têtes d'affiche de l'Albiceleste. Au Brésil, les poids lourds s'appellent Dani Alves (FC Barcelone) et Robinho (AC Milan), à un degré moindre Pato et Thiago Silva (AC Milan), Lucio et Maicon (Inter Milan), tandis que pointent au firmament Neymar (19 ans) et Ganso (21 ans), récents vainqueurs de la Copa Libertadores avec Santos. L'Uruguay aligne Forlan (Atletico Madrid), élu meilleur joueur du dernier Mondial, et Luis Suarez (Liverpool), plus célèbre depuis son arrêt de la main en quarts definale delà Coupedu monde face au Ghana (1-1, 4-2 aux t.a.b.) que par ses propres buts.

Mano Menezes, le nouveau sélectionneur Bresilien, veut une équipe qui « travaille et presse sans relâche, sans rien perdre de son inspiration offensive ». Menezes a été choisi pour ses qualités de formateur dans la perspective de la Coupe du monde 2014. Il aligne une équipe expérimentée en défense où Lucio, Thiago Silva, Dani Alves font figure de vétérans et tournée vers l'avenir en attaque. Pato et Robinho partent comme titulaires, mais Menezes compte sur l'exubérance de Neymar, le talent de Ganso, comparé au grand Socrates dans son rôle de meneur de jeu, et la percussion de Lucas Moura (18 ans) pour enflammer le jeu.
 L'Uruguay a garde la même ossature et offre l'image d'une équipe compacte et qui encaisse peu de buts. Le sélectionneur Oscar Tabarez devrait repositionner Cavani (Naples, 26 buts cette saison), plus haut en attaque. Seule inconnue, le niveau de Diego Forlan après une saison ratée, Le Paraguay, éliminé de justesse par l'Espagne en quarts de finale du Mondial 2010 (1 -0), arrive lui aussi bien armé. Peu de grands noms, en défense ou au milieu, mais les « Guaranis » de « Tata » Martino savent toujours se surpasser. Le secteur offensif sera confié à Nelson Valdez (Hercules Alicante) et Lucas Barrios (Borussia Dortmund). Le Chili, après le départ de Marcelo Bielsa, a dû se reconstruire et a confié son destin à Claudio Borghi, responsable des meilleurs résultats de Colo-Colo. De son rendement dépendra la production du tandem Alexis Sanchez (Udinese) et Humberto Suazo (Monterrey), parfois brillant, souvent fantasque. Enfin, Mexique et Costa Rica, en leurs qualités d'invités, participeront avec une équipe formée en majorité par des joueurs de moins de vingt-trois ans.  Chez elle, l'Argentine part favorite pour récupérer un titre qui lui échappe depuis dix-huit ans. Le Brésil voudra effacer sa contre-performance (éliminé en quarts de finale par les Pays-Bas, 1-2) du dernier Mondial et, malgré un groupe difficile (Paraguay, Equateur notamment), s'annonce encore comme un candidat sérieux. Le Paraguay, l'Uruguay et le Chili ont autant d'arguments que de faiblesses et semblent un cran en dessous.















No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED