Sunday, October 31, 2010

Glasgow Rangers 50 Years in Europe

 A Glasgow, l'alternative est toute simple : le football s'y décline en vert et blanc, lorsque l'on appuie le Celtic, ou en bleu, lorsque l'on est supporter des Rangers. Et l'amour du foot dépend aussi étroitement de la confession religieuse à laquelle on appartient : quand on est protestant, par tradition, on supporte les Rangers. Pourtant, le 15 juillet 1 873, quand trois familles protestantes de la cité fondent le Glasgow Rangers Football Club, qui participera même au Championnat d'Angleterre entre 1 895 et 1 897, elles ne se soucient guère de la religion. Jusqu'à la création en 1897 du voisin, le Celtic, qui, lui, revendique immédiatement son identité catholique. Dès lors, sur les terrains de football, c'est la « guerre de religion » à chaque match entre les deux équipes. Les Bleus ont leur temple, Ibrox Park, un stade construit en 1 899 et qui dispose, aujourd'hui, de 50 500 places, toutes assises. Ce stade a connu, au fil du temps, deux tragédies. En 1921, l'écroulement d'une tribune en bois fait 25 morts et 500 blessés parmi les spectateurs. Le 2 janvier 1971, une tribune tombe une fois encore, durant un derby Rangers-Celtic, laissant un terrible bilan : 66 morts, 145 blessés. Dans toute l'histoire du football écossais, ce drame reste la seule occasion dans laquelle les deux clubs ont oublié leurs sentiments de haine. Comme s'il était impossible de se défaire de cette intolérance, de cette bêtise aveugle, l'un des directeurs des Rangers a dû démissionner dans la foulée du titre national acquis en 1999 : il avait été filmé interprétant des chants anticatholiques. 

 C'est aussi tout cela, le football à Glasgow. Mais les Rangers, drapés dans le maillot bleu, préfèrent aligner les titres sur leur carte de visite. Ils présentent un palmarès à rallonge : quarante-huit titres de champion d'Ecosse - le record du football national -, vingt-huit Coupes d'Ecosse et une Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Surtout, ils veulent véritablement entrer dans l'ère du football moderne. Richissimes, ils sont bien le seul club écossais qui puisse obtenir la signature de joueurs parmi les plus brillants d'Angleterre ou même d'Europe. Les 'Gers ont attiré un Anglais magique (Paul Gascoigne), un Danois efficace (Brian Laudrup), l'un des meilleurs gardiens de but français (Lionel Charbonnier), les Russes Mikhaïlitschenko et Salenko ou encore l'entraîneur néerlandais Dirk Advocaat et son compatriote Van Bronckhorst. Certes, du côté d'Ibrox Park, on grogne un peu : l'équipe perd en identité ce qu'elle gagne en efficacité. Mais la grande révolution des Glasgow Rangers a eu lieu en 1 989, quand l'Ecossais Graeme Souness, ancienne gloire de Liverpool et entraîneur arrivé trois ans plus tôt chez les 'Gers, annonça que la religion n'entrerait jamais en compte pour le recrutement d'un joueur et appliqua aussitôt ce principe : Maurice Johnston, catholique et ancien joueur du Celtic, signa pour les Bleus. Souness a fait entrer les Glasgow Rangers dans les temps modernes, en les installant au pays de l'intelligence et du bon sens.
Depuis les temps ont bien changés et l'Ecosse a bien du mal à passer un club en ligue des champions. Les Rangers sont bien parvenus en finale de la coupe Uefa dans les annees 2000 mais c'est bien peu. 






Raw Cover Scan :

No comments:

Post a Comment

NO LINKS ALLOWED